Réjean Pinel veut que la vitesse soit réduite sur la rue Marie-Rollet. Il a déposé une pétition aux élus de La Tuque lors de l’assemblée du 15 septembre.
Réjean Pinel veut que la vitesse soit réduite sur la rue Marie-Rollet. Il a déposé une pétition aux élus de La Tuque lors de l’assemblée du 15 septembre.

Réduction de la vitesse sur la rue Marie-Rollet à La Tuque: la pétition est déposée

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
LA TUQUE — Une pétition a été déposée aux élus municipaux, mardi soir. Des citoyens demandent que la vitesse soit abaissée à 40 km/h sur la rue Marie-Rollet, dans le quartier Bel-Air. Ils estiment que les automobilistes circulent trop rapidement dans le secteur.

«La pétition a été signée par la très grande majorité des résidents de ces artères pour corriger un sérieux problème de circulation dans notre quartier», a lancé Réjean Pinel, un des instigateurs de la pétition.

Il dénonce un problème de vitesse sur la rue Marie-Rollet, un problème qu’il considère connu depuis longtemps des autorités.

«C’est rendu un vrai champ de courses», déplore-t-il.

«Le nombre d’enfants a crû de façon importante sur la rue», a aussi fait remarquer le citoyen.

La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé au Nouvelliste qu’à la suite d’une requête de citoyens, une analyse de la circulation a été effectuée sur la rue Marie-Rollet durant trois semaines au printemps.

«La moyenne de vitesse des véhicules circulant sur cette rue résidentielle est en deçà de la limite permise», a indiqué la sergente Éloïse Cossette, porte-parole de la SQ.

Cette dernière a toutefois indiqué qu’une minorité de véhicules circulaient «à des pointes de vitesse» comme 80 km/h par exemple.

«La configuration de cette rue est très longue et comprend une dénivellation importante», a fait remarquer la porte-parole de la SQ.

La Ville prendra acte de la pétition. Le dossier sera remis au comité de sécurité publique.

«Vous êtes arrivés avec des solutions, ce sera regardé. […] On est sensible à cette question-là», a indiqué le maire Pierre-David Tremblay.

«Quand j’ai été élu en 2013, c’était un dossier chaud et on l’avait amené au conseil et même au comité de circulation. On avait parlé d’un dossier pilote à 40 km/h et ça n’a pas fait l’unanimité», a par ailleurs fait savoir le conseiller municipal, Jean Duchesneau.