Le plateau de travail de RCM à Trois-Rivières se spécialise dans la collecte du carton à recycler.

RCM s’associe à Kruger: les emplois de sa division Trois-Rivières sauvés

Trois-Rivières — Le Nouvelliste a appris de source sûre que la division Trois-Rivières du Groupe RCM vient de s’associer à Kruger et pourra ainsi continuer ses activités et commencer à être enfin rentable. Une annonce officielle est prévue pour bientôt.

Interrogé au sujet de cette information, vendredi, le président de RCM, Yvon Picotte, a confirmé la nouvelle. M. Picotte a indiqué que cette alliance permettra de sauver les emplois du plateau de travail, ce qui lui tient à cœur.

Depuis quelque temps, en effet, le conseil d’administration de RCM envisageait de fermer cette division, car elle n’était pas rentable, confie M. Picotte. «On ne faisait jamais nos frais», dit-il. C’est à la suite de la suggestion d’un ancien membre du conseil d’administration de Kruger, précise-t-il, que l’idée d’une association est venue. «On a commencé à avoir des pourparlers et on fait cette association-là avec Kruger», raconte-t-il.

Il n’a pas été possible d’obtenir de commentaires de la part de Kruger, vendredi.

Rappelons que depuis le printemps 2017, l’usine de Trois-Rivières de Kruger produit un carton doublure haute performance 100 % recyclé.

L’association arrive donc à point, semble-t-il, pour les deux parties.

La division de Trois-Rivières de RCM offre un service de destruction de documents confidentiels. On y fait également la collecte de matières mélangées, la collecte sur appel, la collecte personnalisée pour déménagements et fermetures de même que la collecte de papier et carton.

«La mission de RCM de faire travailler des personnes handicapées est bien assise», indique M. Picotte qui tient mordicus à la protéger. L’OSBL loue en effet ses services aux municipalités, à Soleno et maintenant à Kruger, se réjouit-il. «Les employés ont à cœur de gagner leur vie et d’être utiles à la société. C’est pourquoi j’ai toujours résisté au fait qu’il fallait se débarrasser de Trois-Rivières.»

La division Trois-Rivières de RCM est même déménagée tout près de l’usine de Kruger. «Nous sommes voisins», confirme M. Picotte. «Kruger voulait être plus près et ça faisait notre affaire», dit-il.

Lors du dernier conseil d’administration, l’ancien ministre a annoncé qu’il quitte désormais ses fonctions après avoir été membre du conseil d’administration de RCM pendant 25 ans.

M. Picotte siégera désormais au conseil d’administration de Soleno Recyclage. «Je ne pouvais être aux deux endroits. J’aurais été en conflit d’intérêts», dit-il.

Yvon Picotte avoue qu’il a «versé quelques larmes» en annonçant qu’il quittait RCM. «Ce sont des gens attachants», dit-il en se promettant de «garder un œil» quand même sur l’organisation. «Je ne laisserai jamais quelqu’un détruire la mission de RCM. La journée où quelqu’un décidera d’abandonner la mission, venez me chercher. Je vais être au premier rang et on va envahir la route 138, en face de Soleno Recyclage», promet-il.

Yvon Picotte rappelle que l’association de RCM avec Soleno Recyclage, il y a quelques années, «avait évité la faillite à RCM.» Celle qui vient d’être faite avec Kruger a déjà des effets positifs du RCM. «Notre entité à Trois-Rivières commence à être rentable», souligne-t-il.

«On avait eu un mandat du gouvernement du Québec», dit-il, pour faire une expérience pilote d’associer un organisme sans but lucratif à une entreprise. «Il fallait avoir la certitude que le gouvernement était prêt à accepter ça. Ils ont fait un projet pilote avec nous autres», rappelle-t-il. L’expérience fut un succès.