François Lelièvre, directeur du Service de sécurité incendie de Shawinigan.

Que de la négociation, déplore Shawinigan

SHAWINIGAN — Qui dit vrai? Alors que l’Association des pompiers et des pompières de Shawinigan alerte la population au sujet du manque de formation et d’équipement pour intervenir dans les bâtiments à grande hauteur, le Service de sécurité incendie rétorque qu’il n’en est rien. La Ville prétend qu’il s’agit tout simplement d’un nouveau chapitre de la saga entourant les négociations pour le renouvellement de la convention collective, échue depuis le 1er janvier 2017.

Par voie de communiqué émis en fin d’après-midi mercredi, le directeur du Service de sécurité incendie, François Lelièvre, déplore vivement cette nouvelle sortie syndicale.

«C’est un comportement inacceptable et un manquement important à l’éthique de la profession», fait-il valoir.

«Nos pompiers ont la formation requise pour intervenir dans les BGH (bâtiments à grande hauteur) et comme pour toutes les autres formations qu’ils possèdent, nous nous assurons qu’ils reçoivent les mises à jour nécessaires. Nous avons aussi tous les équipements requis pour intervenir.»

Dans son communiqué, la Ville précise que cette question sur la formation et les équipements pour ce type d’intervention a été acheminée par courriel seulement lundi dernier, en fin de soirée, ainsi que lors d’une rencontre du comité de santé et sécurité mardi matin. Quelques heures plus tard, l’APPS répliquait avec cette sortie. En ce sens, la Ville s’interroge «sur la bonne foi de l’exécutif syndical».

En fait, elle considère que l’APPS «entretient un climat d’insécurité auprès de la population à des fins de négociations pour leur convention collective.» La Ville assure ses citoyens que l’état-major du Service de sécurité incendie peut compter sur les effectifs et les équipements pour veiller à la protection du territoire.