Contenu commandité
Quand la vengeance se déplace au palais de justice
Quand la vengeance se déplace au palais de justice
Le ministère de la Justice dit travailler en collaboration avec le ministère de la Sécurité publique afin d’assurer la sécurité dans les palais de justice du Québec.
Le ministère de la Justice dit travailler en collaboration avec le ministère de la Sécurité publique afin d’assurer la sécurité dans les palais de justice du Québec.

Des mesures adéquates, selon le ministère de la Justice

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le ministère de la Sécurité publique n’a pas voulu commenter la sécurité dans les palais de justice.

«Sur la base de son analyse et en fonction des besoins identifiés, le ministère de la Sécurité publique ajuste le déploiement des mesures de sécurité en place, ce qui inclut l’affectation des effectifs. Ceci dit, nous ne commentons pas le déploiement des mesures de sécurité en tant que tel, afin d’en préserver l’efficacité», a-t-on fait savoir dans un courriel en réponse à nos questions.

Pour sa part, le ministère de la Justice dit travailler en collaboration avec le ministère de la Sécurité publique afin d’assurer la sécurité dans les palais de justice du Québec.

«À ce titre, le déploiement des mesures de sécurité nécessaires pour assurer le bon déroulement des activités judiciaires et un accès sécuritaire aux usagers est une priorité. Les mesures de sécurité qui sont présentement en place sont adéquates et répondent aux besoins en la matière. Elles ont été établies en fonction des particularités propres à chacune de nos installations, comme par exemple la configuration des lieux et la réalité régionale de nos différents établissements», nous a répondu un porte-parole.

Finalement, la Direction des poursuites criminelles et pénales s’est également montrée avare de commentaires. Elle dit prendre tous les moyens nécessaires à la protection des membres de son personnel lorsque leur sécurité est mise en cause mais refuse de discuter publiquement de ces moyens.

Elle n’entend pas non plus commenter le dossier le Trois-Rivières considérant que le processus judiciaire est en cours et rappelle que la sécurité dans les palais de justice relève du ministère de la Sécurité publique et la gestion des immeubles du ministère de la Justice et non du DPCP.