Robert Aubin

Pyrrhotite: question précise, réponse évasive

Le député de Trois-Rivières a interpellé le gouvernement libéral mardi à la Chambre des communes au sujet de la norme sur les agrégats du béton.
Lors de la période de questions, Robert Aubin s'est levé pour affirmer que, contrairement à ce qui avait été évoqué par François-Philippe Champagne lors du dépôt du dernier budget fédéral, le gouvernement ne fait rien pour changer la norme sur les qualités des agrégats du béton. La réponse du gouvernement a toutefois été pour le moins évasive. 
Le ministre du Commerce international et député de Saint-Maurice-Champlain avait en effet mentionné dans un article du Nouvelliste du 23 mars dernier que l'élaboration d'une nouvelle norme sur les agrégats était en cours.
Voulant éclaircir cette déclaration, Robert Aubin a déposé une demande de question inscrite au feuilleton à laquelle les ministères devaient répondre dans un délai de 45 jours. À la lumière des informations qu'il a recueillies, Robert Aubin soutient que rien n'est fait pour modifier cette norme. 
«Aucun financement, aucun employé ou consultant externe n'est affecté à la norme d'agrégat du béton, contrairement à ce que nous laissait croire le ministre du Commerce international», a dénoncé en chambre Robert Aubin lors de la période de questions. «Le CSA ne dispose donc d'aucun élément qui lui permettra de développer une nouvelle norme scientifique.»
Le député de Trois-Rivières a rappelé que des milliers de ses concitoyens ont été durement touchés par des problèmes de pyrrhotite. Robert Aubin indique que les «indemnisations [pour les victimes] dépendent de cette norme». Le néo-démocrate a demandé au gouvernement ce qu'il entendait faire et quand allait-il passer à l'action. 
La réponse à cette question a été pour le moins évasive. Après tout, il s'agissait de la période des questions, pas celle des réponses. Le ministre du Commerce international étant à voyage à Rome avec le premier ministre Justin Trudeau, c'est sa secrétaire parlementaire qui a pris la parole au nom du gouvernement. 
Pamela Goldsmith-Jones a alors affirmé que son gouvernement veut «améliorer les marchés pour les entreprises et que c'est ce que nous allons continuer de faire de façon efficace», avant d'ajouter que «par la croissance, on peut avoir des emplois pour les familles et créer des occasions pour les PME».