Simon Castonguay

Proxénétisme: Simon Castonguay est envoyé en thérapie fermée

Trois-Rivières — Simon Castonguay, ce jeune homme de 19 ans qui a été arrêté en lien avec des présumées infractions de proxénétisme, devra se soumettre à une thérapie fermée de six mois au Centre L’Autre côté de l’ombre.

Lors de son retour devant le tribunal jeudi, il a été convenu entre son avocat, Me David Guévin de l’aide juridique à Trois-Rivières, et la procureure de la Couronne, Me Martine Tessier, de le libérer sous conditions pour la durée des procédures judiciaires, ce qui a été accepté par le juge Simon Ricard. Castonguay aura notamment l’obligation de suivre et de compléter une thérapie fermée pour régler son problème de stupéfiants.

Simon Castonguay doit répondre à plusieurs accusations liées à du proxénétisme auprès de deux jeunes femmes. L’une avait 14 ans et l’autre 20 ans. Dans le cas de l’une des plaignantes au dossier, il se serait également livré à des voies de fait contre elle, l’aurait menacée de mort ou de lui causer des lésions, et aurait tenté d’entraver le cours de la justice en lui demandant de retirer sa plainte. Un chef de possession de cocaïne a également été porté contre lui.

Selon une enquête menée par la Sûreté du Québec, les délits auraient été commis en 2018 et 2019. Le suspect aurait tout d’abord fourni des stupéfiants aux jeunes filles au point de créer une accoutumance. Il les aurait ensuite obligées à se prostituer pour rembourser leurs dettes.

Il avait été arrêté dans un premier temps le 28 juin dernier. Le 4 juillet, il avait été libéré avec plusieurs conditions mais de nouveau intercepté dernièrement dans le secteur de Repentigny pour s’être trouvé en présence de mineurs et pour possession de stupéfiants. Il devra maintenant se soumettre à une thérapie. Son dossier a été reporté au 2 octobre.