De nombreux citoyens de l’avenue Royale souhaitent le prolongement du réseau d’égout public dans leur secteur.

Prolongement du réseau d'égout de Louiseville: avec des octrois, sans taxe sur l’essence

LOUISEVILLE — Le prolongement du réseau d’égout de Louiseville sur l’avenue Royale et sur les boulevards Saint-Laurent Est et Ouest se fera grâce au concours des gouvernements supérieurs, rappelle Yvon Deshaies, et sans le programme gouvernemental de la taxe sur l’essence.

Le dossier du prolongement d’égout est régulièrement abordé lors de la période de questions des séances publiques du conseil municipal. La séance de lundi a de nouveau donné lieu à des échanges toujours respectueux entre des citoyens du secteur de l’avenue Royale et le conseil.

Tout juste avant que Paul Beaulieu invite le conseil à exercer de la pression auprès des gouvernements afin d’obtenir l’appui d’éventuels programmes de subventions, René Ringuette a rappelé aux élus que plus le temps passe, plus la facture pour les citoyens va augmenter si ces derniers sont finalement contraints d’installer leurs propres équipements de traitement des eaux usées. Tout en sachant que le dernier montant de la taxe d’essence a été consacré à la réfection de l’avenue Dalcourt, M. Ringuette a suggéré au conseil d’appliquer le prochain programme gouvernemental de remboursement de cette taxe au prolongement de l’égout dans son secteur.

Le maire Deshaies a écouté attentivement la requête de M. Ringuette et a dit que le conseil allait y réfléchir. Sauf que le conseil va consacrer à la deuxième phase de la réfection de Dalcourt la totalité du programme de remboursement de la taxe sur l’essence pour les années 2019-2023. Cette décision fait partie de la planification des immobilisations et est incluse dans le plan triennal dévoilé en décembre dernier, en marge du budget.

En entrevue avec Le Nouvelliste, mercredi, le maire Deshaies a admis ne pas avoir pensé à cette orientation lorsque le sujet du prolongement du réseau d’égout a été abordé deux jours plus tôt.

«Dalcourt, c’est toute la taxe d’accise. On a une couple d’années avant de mettre la taxe sur ce projet. Si on le finance avec la taxe sur l’essence, il y aura un nouveau conseil. Ce n’est pas fait», raconte M. Deshaies.

Louiseville a reçu 2 151 615 $ pour les années 2014-2018, d’après les informations fournies par le service de trésorerie. Quelque 2 098 000 $ ont été consacrés à la phase 1 de la réfection de l’avenue Dalcourt, une étape qui est complétée.

La trésorerie de Louiseville rappelle que les modalités du programme 2019-2023 demeurent inconnues.

Prolonger les égouts dans ces trois zones coûte autour de huit millions de dollars. Louiseville a déjà promis 500 000 $ pour chaque secteur, comme indiqué dans le dernier plan triennal des immobilisations. Il faudra de l’aide pour financer un tel chantier.

«Ça fait six ans qu’on attend des subventions. On n’a rien sur la table. On pousse le dossier, on ne lâche pas. Mais sans subventions, ça va faire des égouts dispendieux. On veut plus de 75 % en subventions pour les trois projets. Pas de subventions, ça va être difficile.»

M. Deshaies dit qu’il sera encore patient, d’autant plus que des élections canadiennes auront lieu en octobre. Le maire veut toutefois que le conseil statue sur ce dossier vers janvier 2020.