Sylvain Bellemare, directeur général de la résidence privée pour personnes âgées, les Marronniers de Trois-Rivières.
Sylvain Bellemare, directeur général de la résidence privée pour personnes âgées, les Marronniers de Trois-Rivières.

Projet intergénérationnel: une résidence pour personnes âgées à la recherche de deux jeunes perles rares

Michaël Fréchette
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La résidence privée pour personnes âgées Les Marronniers de Trois-Rivières récidive et est à la recherche de deux perles rares afin de prendre part à la troisième édition de son projet intergénérationnel qui vise à rapprocher les jeunes et les aînés.

Cette initiative consiste à offrir à deux étudiants au niveau universitaire l’opportunité de cohabiter gratuitement avec les aînés en échange de dix heures de bénévolat par semaine. Les étudiants sélectionnés pourront, pour les deux prochaines sessions universitaires, bénéficier d’un studio chacun, d’une connexion internet et de tous les repas préparés par le chef cuisinier de la résidence.

Ces rencontres intergénérationnelles laissent naturellement place à des moments inoubliables et à des souvenirs que tous chérissent à jamais.

«À l’époque, une résidente qui était malade et qui ne voulait pas sortir de son lit habitait notre complexe. Une étudiante qui participait alors à ce programme chantait et jouait de la guitare. Un bon jour, elle s’est présentée dans la chambre de la patiente pour chanter et la divertir. Tout d’un coup, la résidente s’est assise sur le lit et ça faisait longtemps que nous ne l’avions pas vue si rayonnante. Par la suite, la dame s’est mise à sortir plus souvent de sa chambre et à se présenter à la salle à manger, ce qu’elle ne faisait pas vraiment auparavant. Ça crée un beau lien d’entraide entre les générations et c’est magique», a soulevé la directrice des communications et du marketing, Jessica Lambert Fandal.

«Un beau climat de confiance et d’entraide rappelant celui de la famille se crée pour les aînés et les jeunes ce qui contribue à une atmosphère familiale de partage au sein du milieu de vie qu’est notre résidence», a précisé le directeur général Sylvain Bellemare.

Plus encore, certains jeunes ayant pris part à ce don de soi sont demeurés en contact avec les personnes âgées qu’ils ont côtoyées.

«On a une étudiante qui a continué d’appeler les aînés durant la pandémie. Elle prenait de leurs nouvelles et ça leur faisait un bien immense», a-t-elle renchéri.

«Le retour des jeunes est incroyable! Ça crée des liens forts, ils connaissent les résidents par leur nom, ils discutent, ils jouent à des jeux et les retombées de cette expérience chez les anciens participants ont été vraiment positives.»

Évidemment, il s’agit d’une présence incommensurable pour les personnes âgées, mais ce projet s’avère également être un coup de pouce pour les jeunes adultes. Les obligations financières peuvent devenir une préoccupation importante pour les étudiants à temps plein. Avec ce programme, la direction de la résidence désire enlever ce stress et donner la chance à des étudiants d’avoir un souci financier de moins sur les épaules et de profiter d’un milieu de vie accueillant et chaleureux.

«La présence des jeunes apporte beaucoup de réconfort à nos résidents, et ce, à des heures creuses où il n’y a pas de visite», toujours selon le directeur général de l’établissement.

Une présence qui vaut de l’or, surtout en temps de pandémie

Le contexte actuel n’est pas évident pour la population, mais encore moins pour les personnes âgées qui souffrent parfois d’isolement et qui vivent du stress relié à cette incertitude qui plane. Rien de mieux qu’une bonne dose d’amour pour pallier ces insécurités.

«C’est notre troisième édition et on a remarqué lors des deux premières que d’avoir des jeunes au sein de la résidence permet de briser le cloisonnement, de favoriser les échanges, autrement dit, ça crée un bel esprit de famille. Cette année avec la pandémie qui a vraiment isolé nos aînés, c’est une super belle opportunité pour leur permettre de changer le mal de place», estime Jessica Lambert Fandal.

S’il advenait une deuxième vague de la COVID-19, les deux étudiants sélectionnés pourraient tout de même habiter les lieux. Toutefois, des règles strictes seraient en vigueur comme ce fut le cas lors du premier épisode.

La résidence Les Marronniers de Trois-Rivières est la seule a offrir ce genre d’opportunité subventionnée par le Secrétariat de la jeunesse en région. D’ailleurs, des chercheurs se penchent actuellement sur ce projet afin d’en faire un modèle qui pourrait éventuellement être établi dans plusieurs autres établissements.

Que ce soit pour jouer aux cartes avec un résident, faire une promenade, partager un repas en salle à manger ou créer des activités de loisirs avec le personnel, les occasions de vivre des moments mémorables avec les personnes âgées ne manquent pas.

Critères de sélection

Pour avoir une chance d’être choisi par le comité de sélection, l’étudiant doit être inscrit à l’université pour la session d’automne 2020 et d’hiver 2021. Il doit également étudier dans un programme connexe à la gériatrie ou posséder de fortes aptitudes avec les aînés. Il deviendra un ambassadeur de la résidence en acceptant de participer à des vidéos et à des photos publicitaires.

Les individus intéressés devront faire parvenir une lettre par courriel d’ici le 17 août prochain à l’adresse suivante: s.bellemare@rmtr.ca. Ceux-ci devront relater leur parcours socioprofessionnel, la raison pour laquelle ils souhaitent être sélectionnés, ainsi que la contribution qu’ils désirent apporter au sein de la résidence.