Le KiNipi spa et bains nordiques a accueilli son 50 000e visiteur cette semaine, et vise encore l'expansion avec un projet d'hébergement pour sa clientèle.

Projet d'hébergement au KiNipi

Alors qu'il célèbre à peine ses deux ans d'existence, le KiNipi spa et bains nordiques de Trois-Rivières a visiblement le vent dans les voiles. L'établissement, qui a accueilli la semaine dernière son 50 000e visiteur depuis son ouverture, planche désormais sur un projet d'hébergement qui viendrait augmenter la gamme de services sur son site.
«C'est encore et toujours dans l'air, et il y a de bonnes discussions pour un projet d'hébergement. Nous n'avons pas le choix d'en arriver là, car la demande est omniprésente», fait savoir la directrice au développement des affaires et aux ressources humaines chez KiNipi, Marie-Andrée Deschênes.
En effet, cette dernière explique qu'il est très fréquent, même de sept à huit fois par jour, que des clients demandent s'ils peuvent réserver une chambre ou avoir un forfait avec hébergement. «Nous avons des ententes avec certains hôteliers de la région, et certains clients acceptent d'en profiter. Mais si on veut vivre l'expérience complète, il ne faudrait pas que le client soit forcé de prendre sa voiture et de quitter le site. Les gens qui viennent ici ont envie de passer deux ou trois jours en robe de chambre, et c'est ce qu'on espère pouvoir offrir très bientôt», ajoute Mme Deschênes.
Difficile toutefois de savoir à quel moment le projet pourrait voir le jour.
«Dans nos coeurs, ce serait d'ici un an, mais je crois que ce sera réalisable dans un horizon un peu plus long que ça», signale Mme Deschênes. On se souviendra que KiNipi avait connu des heures plus sombres quelques mois après son ouverture, alors que la faillite d'un fournisseur et l'ouverture tardive due aux retards dans la construction avaient forcé l'entreprise à se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers pour assurer sa restructuration financière.
Aujourd'hui, cet épisode semble loin derrière, et la restructuration est finalisée à plus de 90 %. Toutefois, le financement d'un projet aussi ambitieux que celui d'ajouter de l'hébergement est toujours passablement ralenti par une hypothèque légale qui devrait être réglée d'ici peu. «Nous sommes très confiants que tout cela sera bientôt derrière nous, et que les choses avanceront beaucoup plus vite», signale Mme Deschênes.
Cette dernière aimerait bien voir un hôtel pousser sur les terrains du KiNipi, mais des projets d'immeubles à condos sont également sur les planches à dessin. «Ce sont des investissements bien différents et il faut regarder ce qui servira bien notre clientèle, mais aussi ce qui est en demande. Le site est déjà très attrayant, avec d'un côté le spa, de l'autre un club de golf, et à quelques minutes du centre-ville. C'est certain qu'il y a aussi de la demande pour les condos. On a une bonne réflexion à faire, en équipe mais aussi avec les investisseurs», croit Mme Deschênes.
La semaine dernière, le spa a accueilli son 50 000e visiteur depuis son ouverture. C'est un citoyen de Trois-Rivières, Marcel Vertefeuille, qui a été le 50 000e à franchir les portes. Il faut dire que la période des Fêtes ainsi que la Saint-Valentin ont été très achalandées pour le spa nordique. Toutefois, c'est la semaine de relâche qui représente la période de pointe, souligne Marie-Andrée Deschênes. «On s'attend à recevoir près de 1200 clients en une semaine. Nous avons une grosse partie de la clientèle qui est collégiale ou universitaire», souligne Marie-Andrée Deschênes.