Projet de station-service dans Chavigny: l'opposition prend de l'ampleur

L'opposition au projet de construction d'une station-service dans le district de Chavigny continue de prendre de l'ampleur. Les citoyens de ce secteur affirme d'une voix commune qu'ils ne veulent pas de station-service dans leur quartier, situé non loin du site du futur District 55.
Plusieurs citoyens directement touchés ont dénoncé le projet en signant une pétition demandant la tenue d'un registre, laquelle a été déposée jeudi à l'hôtel de ville de Trois-Rivières. Les opposants ont recueilli les signatures de 192 résidents sur les 229 des quatre zones du secteur concerné par le projet qui nécessite un changement de zonage du terrain situé à l'intersection des rues Notre-Dame Ouest et Brisebois. 
«Une majorité écrasante de citoyens de quatre zones les plus près du projet de station-service s'est prononcée contre le projet», a lancé Jocelyn Aubut, un des organisateurs du mouvement d'opposition, alors aux côtés de la conseillère municipale du district de Chavigny, Marie-Claude Camirand. 
«C'est 84 % des gens qui ont ''voté'' contre le projet», a ajouté M. Aubut. 
Les opposants estiment que la station-service ferait augmenter le trafic routier dans ce secteur. M. Aubut, qui habite à environ 50 mètres du site choisi, affirme que la station-service ferait croître la pollution dans ce secteur du district de Chavigny, ce qui entraînerait des «problèmes de santé» pour les résidents du secteur. 
Jocelyn Aubut interpelle les élus municipaux et souhaite que ceux-ci soient «sensibles» à l'opposition des citoyens. «Les citoyens ont parlé haut et fort par leur signature. C'est une forme de référendum. Nous avions techniquement besoin que de 48 signatures, mais nous avons fait tout le quartier», a précisé Jocelyn Aubut qui ajoute que «plusieurs bénévoles» ont mis l'épaule à la roue pour amasser ces signatures. 
«La majorité des citoyens est en désaccord avec le changement de zonage. Nos terrains sont tout petits et la station-service serait tout près de nos demeures. Le message est clair. On espère que les politiciens vont nous entendre et vont respecter la voix des citoyens.»
Les opposants au projet de station-service affirment que les signatures ont été plutôt faciles à recueillir. Jocelyn Aubut précise que «plusieurs personnes» lui ont téléphoné, ont frappé à sa porte ou l'ont abordé dans les lieux publics pour signer la pétition. «Les gens nous abordaient après qu'on ait distribué de l'information sur le projet. C'est très encourageant». 
La conseillère municipale du district de Chavigny s'est rangée derrière les opposants. Marie-Claude Camirand accompagnait d'ailleurs Jocelyn Aubut et sa conjointe Linda Olé lors du dépôt de la pétition. L'élue accompagne notamment les opposants dans le processus légal. L'ampleur de l'opposition lui confirme que les citoyens de son district ne veulent pas du projet de station-service.
«Ça vient confirmer ce que les gens aux abords du projet pensent. Ça me confirme aussi que c'est une bonne chose que je sois derrière ces citoyens», a soutenu la conseillère municipale du district de Chavigny.
La pétition a été déposée au bureau du greffier de la Ville de Trois-Rivières où sa légalité et la validité des signataires doivent être vérifiées. Si la pétition est conforme, le greffier demandera la tenue d'un registre lors de la prochaine assemblée publique du conseil municipal, prévue le 18 août.
Les élus n'auront donc pas à se prononcer sur la question lors de la prochaine assemblée. Ils devront toutefois trancher après la fermeture du registre sur le projet de station-service. «Les élus auront à se prononcer s'il y a suffisamment de signatures au registre. Ils devront décider si la question est soumise à la population du secteur lors d'un référendum ou si le projet de changement de zonage est abandonné», a expliqué le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant. «Mais nous devons d'abord faire une vérification de la pétition pour s'assurer que les signataires sont des résidents des secteurs concernés.»