Le Nouvelliste
L’artiste Anick Marcil procède à la restauration d’un tableau de Louis-Eustache Monty, à l’église de Sainte-Thècle.
L’artiste Anick Marcil procède à la restauration d’un tableau de Louis-Eustache Monty, à l’église de Sainte-Thècle.

Projet de restauration à l’église de Sainte-Thècle

Sébastien Houle
Sébastien Houle
Le Nouvelliste
SAINTE-THÈCLE — Pour l’artiste Anick Marcil, l’église de Sainte-Thècle est un des plus importants joyaux patrimoniaux de la région. Les œuvres d’art qui ornent ses murs témoignent de la passion de Maxime Masson, artisan et curé de la paroisse pendant plus de 50 ans, et de celle du peintre d’église Louis-Eustache Monty, raconte-t-elle. Grâce à une contribution de 4000 $ des Chevaliers de Colomb de Sainte-Thècle, Mme Marcil pourra elle-même exercer son art et restaurer une des fresques de M. Monty, datant des années 1930, qui commence à accuser le passage du temps.