Projet de parc de près de 800 000 $

Saint-Élie-de-Caxton — Le conseil de Saint-Élie-de-Caxton réfléchit à aménager un vaste parc alliant activités récréatives et culturelles en plein cœur du village, un projet estimé à près de 800 000 $. Mais avant d’aller de l’avant avec cet investissement, le conseil développera le projet de concert avec des citoyens.

Lundi, quelque 80 personnes ont assisté à une rencontre de consultation portant sur l’avenir de la propriété acquise par la Municipalité en mai, soit la bâtisse et le terrain du centre de services local de la Caisse Desjardins de l’ouest de la Mauricie. Le terrain de plus de 56 000 mètres carrés permet de songer à un tel parc.

«On prévoit aménager des sentiers de marche, de jogging pour relier le Garage de la culture et le terrain de l’église, en passant par l’arrière. Il y aurait de l’animation, des éléments décoratifs sur l’imaginaire de Saint-Élie. Et on a le projet d’un agora couvert pouvant accueillir 75 personnes et ouvert durant trois saisons pour la présentation de spectacles inédits», explique le maire, Robert Gauthier.

Selon le conseil, cette idée conserverait l’aspect naturel des lieux tout en donnant une valeur ajoutée à l’offre touristique de la localité, mais aussi à l’échelle régionale en raison de son ampleur.

Durant la consultation de lundi, des gens ont manifesté leur accord, tandis que d’autres aimeraient y réfléchir davantage, d’après M. Gauthier.

«Au conseil, on s’était dit que si les gens veulent être consultés, on mettrait un comité aviseur pour développer le projet avec les gens. On veut un comité de participation citoyenne et c’est vers ça qu’on se dirige.»

Robert Gauthier

La formation d’un comité de participation citoyenne devrait être annoncée lors de la séance du conseil du 5 février. Si jamais l’idée d’un tel parc est retenue, l’investissement sera réalisé sur trois ans et la Municipalité se mettra à la recherche de subventions gouvernementales.

«On veut que ça devienne une attraction, confirme Robert Gauthier. On est très ambitieux pour notre parc, mais on veut respecter le rythme de la population. C’est un investissement majeur et on veut prendre le temps de regarder tout ça.»

En ce qui concerne la bâtisse, le conseil a l’intention d’y installer sa bibliothèque municipale qui est actuellement au bureau municipal. Le gain de superficie serait mince, mais l’endroit serait plus convivial pour la tenue de conférences, de sessions de lecture publique, etc.

«La décision n’est pas prise finalement, mais ça devrait aller dans ce sens», mentionne le maire.

L’évaluation des travaux de réaménagement des lieux est de 90 000 $.

+

Une direction du tourisme en mars

Une directrice ou un directeur du tourisme fera vraisemblablement son entrée en mars à Saint-Élie-de-Caxton afin d’amener cet important moteur économique local à franchir un autre niveau.

Le conseil se base sur le rapport d’un consultant portant sur l’évaluation de la situation en 2017 pour créer ce poste de cadre qui relèvera de la direction générale. Le tourisme est devenu une véritable industrie au sein de la petite localité et le consultant recommande de professionnaliser la démarche.

«On a déjà un coordonnateur et il demeure en poste. M. Garceau (Paul-André, coordonnateur du tourisme et des communications) fait un travail essentiel au fonctionnement du bureau et il est plus dans les opérations du tourisme. Mais on a besoin d’une personne de plus pour trouver d’autres avenues. Après 10 ans, il faut développer autre chose pour faire vivre l’industrie encore plus longtemps. Le directeur va nous aider à voir clair dans tout ça», commente le maire, Robert Gauthier.

L’administration municipale est à la recherche d’une personne ayant de l’expérience ou de la formation en tourisme, mais ayant aussi un profil de gestionnaire. L’équipe touristique compte une quinzaine de personnes si on compte les étudiants et les stagiaires qui œuvrent durant la saison touristique.

L’appel de candidatures a pris fin le 19 janvier et 26 personnes ont déposé leur candidature. Des gens de Saint-Élie font partie du lot, comme des anciens de la localité et aussi des gens d’un peu partout au Québec.

L’analyse des dossiers est la prochaine étape. Le but est d’avoir cette ressource en poste dès le mois de mars en vue de la prochaine haute saison touristique.

Saint-Élie réserve environ 300 000 $ par année au poste budgétaire du tourisme. Le conseil fait le pari que l’arrivée d’un nouveau ou d’une nouvelle cadre s’autofinancera.

«On vise une augmentation des revenus par des partenariats et en étant plus présent avec l’association touristique régionale pour faire des activités, de la publicité. On pense aussi aller dans des secteurs autres comme des commandites. Cela apportera des revenus de plus. Et on pense qu’un gestionnaire pourra rationaliser notre démarche», explique M. Gauthier.

Le salaire n’a pas encore été fixé pour le futur cadre. Cet élément sera déterminé selon ses compétences et fera partie de l’entente à négocier.