Une mobilisation en solidarité avec la nation Wet’suwet’en s’est tenue devant le parlement samedi.
Une mobilisation en solidarité avec la nation Wet’suwet’en s’est tenue devant le parlement samedi.

Projet de gazoduc: «Arrêtez de nous bafouer», implore Shushan Bacon

Valérie Marcoux
Valérie Marcoux
Le Soleil
Une mobilisation en solidarité avec la nation Wet’suwet’en s’est tenue devant le parlement samedi. Une centaine de personnes étaient présentes pour montrer leur soutien envers ceux qui luttent actuellement contre l’installation d’un pipeline sur leur territoire en Colombie-Britannique.

«Je voulais rassembler des autochtones de la ville de Québec pour être solidaire avec la nation de Wet’suwet’en et avec les chefs héréditaires», explique Shushan Bacon, co-organisatrice de la mobilisation. D’autres mobilisations de solidarité avec la nation Wet’suwet’en ont eu lieu à travers le Canada ce samedi-là.

Issue de la nation innue, Shushan Bacon affirme être personnellement solidaire des manifestants qui bloquent depuis plus d’une semaine des trains à différents endroits au Canada. «Qu’est-ce qu’il faut utiliser [comme moyens] pour qu’on se fasse entendre? demande Shushan Bacon. On vous dit non.»

Sol Zanetti, Shushan Bacon et Jackie Smith.

«Leur situation ressemble carrément aux nôtres», affirme la co-organisatrice. Selon elle, les Premières Nations ne sont pas écoutées, autant en Colombie-Britannique qu’au Québec. «À Pessamit en ce moment, Hydro-Québec veut faire passer des lignes et il y a eu un deuxième référendum. On vous dit non. Qu’est-ce que le gouvernement veut?», s’indigne-t-elle. 

Elle s’indigne également des arrestations de femmes autochtones faites par la GRC en Colombie-Britannique plus tôt cette semaine, ainsi que l’extinction d’un feu sacré. «Un feu sacré, on ne touche pas à ça. La GRC est rentrée là-dedans. On s’attaque à nos droits, à notre culture, à ce que nous sommes», dénonce Shushan Bacon.

«En ce moment, il faut faire bien attention de désigner les véritables coupables», prévient Sol Zanetti, député de Jean-Lesage pour Québec solidaire. «Les véritables responsables dans cette affaire-là c’est le régime canadien, les gouvernements canadiens et les entreprises d’exploitation des hydrocarbures», soutient-il.

Contre les hydrocarbures et pour les droits autochtones 

«Les connaissances autochtones sont primordiales pour la transition écologique», avance Jackie Smith, co-organisatrice du rassemblement. «La lutte contre les hydrocarbures est une lutte mondiale qui nous affecte tous». 

Des membres d’Extinction Rébellion étaient également sur place pour soutenir les peuples autochtones dans leur lutte contre les hydrocarbures et pour les droits des Premières Nations.

«Les véritables responsables dans cette affaire-là c’est le régime canadien, les gouvernements canadiens et les entreprises d’exploitation des hydrocarbures», soutient Sol Zanetti. 

Une prise de parole difficile

«Il faut qu’on parle. Il faut qu’on se lève. Et c’est dur émotionnellement», insiste Mme Bacon. «Il y a plein de paroles qui ne sont pas positives envers nous. C’est dur de se lever et de s’affirmer et de dire que c’est assez. C’est ce que j’asseye de faire aujourd’hui et c’est ce que j’asseye de montrer à mes enfants.»

«Ce que je trouve terrible là-dedans c’est qu’en ce moment, il y a des gens qui tentent de criminaliser les actions de ces gens-là qui veulent protéger leur terre», a ajouté M. Zanetti.