Sylvain Michaud

Projet d’«arbre à livres» dans le parc Victoria: l’artiste pourra aller de l’avant

Trois-Rivières — L’artiste Sylvain Michaud pourra finalement aller de l’avant avec son projet d’«arbre à livres» dans le parc Victoria en plein cœur du quartier Saint-Philippe. Mais avant de se lancer officiellement dans sa création, il devra se doter d’une police d’assurance responsabilité, couvrant les incidents qui pourraient survenir pendant ses travaux.

Les membres du conseil ont en effet entériné une convention liant l’artiste à la Ville.

Le conseiller du district de La Vérendrye, Dany Carpentier, se dit heureux que l’artiste, qui l’avait approché personnellement pour lui démontrer son intérêt à se lancer dans la transformation du gros arbre qui a été coupé il y a plusieurs mois déjà, ait obtenu le feu vert pour aller de l’avant. L’élu reconnaît par contre que les délais ont été longs entre le dépôt du projet et la ratification de la convention par le conseil municipal.

«Ç’a été plus long que la norme car on souhaitait mieux accompagner M. Michaud, soit faire en sorte qu’il passe par un organisme qui lui faciliterait la tâche pour obtenir des assurances pendant l’exécution de l’œuvre et après pour qu’il n’ait pas à débourser de sa poche à assumer ces frais. Normalement, ça passe par une commande de la Ville et il y a un cachet rattaché à ça. Mais comme il agit de son propre chef, ça devenait aberrant à mes yeux de lui demander de se doter d’une assurance», explique le conseiller Carpentier.

Par contre, en raison de la lenteur du processus, l’artiste a indiqué à M. Carpentier qu’il allait lui-même faire appel à un assureur. Il lui a indiqué qu’il était même prêt à lancer une collecte de fonds si nécessaire afin de payer les primes d’assurance.

«Je crois que beaucoup de gens seraient prêts à donner», poursuit le conseiller.

Concrètement, l’«arbre à livres» n’est ni plus ni moins qu’une boîte à livres, comme on peut en voir pousser sur différents terrains privés depuis les deux dernières années aux quatre coins de la ville. Toutefois, cette boîte à livres sera sculptée et aménagée à même le tronc d’un peuplier mort qui trône toujours aux abords du parc Victoria. Un arbre qui était destiné à être entièrement coupé et dessouché, mais que l’artiste a réquisitionné pour y faire naître son projet, qui proposera à la fois des livres pour adultes, adolescents et enfants, en plus d’une décoration ornementale de son cru, mettant en lumière la faune et la flore du territoire.

Par ailleurs, on retrouve d’autres œuvres de l’artiste dans le parc Victoria. Il a notamment contribué à réparer certains arbres en y peignant de petits médaillons à l’effigie d’animaux du Québec pour boucher certains trous, ce qui égayait du même coup le coup d’œil dans le parc. Aidé par des jeunes, il a également peint un bassin de poissons sur une souche.

Rappelons que M. Michaud a perdu sa conjointe Chantal Berthiaume en juillet 2015, fauchée par une remorque dans un stationnement de la rue Royale alors qu’ils étaient en train de créer une œuvre d’art ensemble. En entrevue au Nouvelliste, il a admis avoir besoin de continuer la création et de redonner aux citoyens de son quartier.