Proches aidants: les besoins sont criants

Plus de 185 000 $ seront investis dans cinq nouveaux projets permettant d'offrir du répit aux proches aidants de la Mauricie. Face à l'inévitable vieillissement de la population, L'Appui Mauricie rappelle l'urgence de mettre en place des services efficaces pour les proches aidants d'aînés.
En tout, ce sont quatre organismes qui assureront ces cinq nouveaux services. «Ces cinq projets vont permettre de décharger le proche aidant», précise Florence Pauquay, directrice générale de L'Appui Mauricie. «Souvent, on ne choisit pas d'être proche aidant. On aime la personne et on veut qu'elle reste à domicile. Il faut donc encadrer ces personnes et leur expliquer comment aider leur proche sans s'épuiser et en respectant leurs limites».
Concernant les détails du financement, Ménagez-vous des Forges et du Rivage offriront un service de répit à domicile à hauteur de 43 345 $. La Société Parkinson Mauricie - Centre-du-Québec mettra en place des services d'information et de soutien psychologique aux aidants de personnes atteintes de la maladie de Parkinson pour 28 900 $. La Coopérative de solidarité d'aide domestique de Shawinigan offrira également du répit à domicile pour 39 900 $. Le Regroupement des aidants naturels de la Mauricie Inc. a reçu une subvention de 33 650 $ pour des services de formation, d'information et de soutien psychologique et 39 900 $ pour consolider ses services de répit à domicile.
Une relève essentielle
On compte plus de 45 000 proches aidants en Mauricie. Sur ce lot, 27 % ne se reconnaissent pas en tant que proche aidant selon un sondage de Léger Marketing. «Ces 27 % aident leur proche parce qu'ils considèrent que c'est normal qu'ils le fassent. Mais s'ils ne se reconnaissent pas en tant que proche aidant, ils n'iront pas vers les services», déplore Mme Pauquay.
Le vieillissement de la population est une problématique qui préoccupe beaucoup L'Appui Mauricie qui prône une bonne formation de la relève et une sensibilisation à la réalité du proche aidant. Selon Mme Pauquay, une grande partie des proches aidants ont plus de 65 ans. «Ces proches aidants seront éventuellement amenés à devenir les aidés. D'où l'importance de former la relève. De plus, je soupçonne qu'une majorité des 27 % qui ne se considère pas comme proche aidant a 65 ans et plus, ce qui les rend très vulnérables, car plus on est âgé, plus on est à risque d'épuisement», avance-t-elle.
L'assurance autonomie reléguée aux oubliettes
Le projet d'assurance autonomie tel qu'élaboré par le Parti québécois ne verra probablement pas le jour. Ce projet visant à financer les soins à domicile pour personnes en perte d'autonomie a été vivement critiqué par le gouvernement libéral en place. Une réaction qui déçoit L'Appui Mauricie. Malgré tout,Mme Pauquay n'est pas prête à baisser les bras.
«Évidemment, on avait envie que ce projet fonctionne. Mais même si ce projet-là est mis sur la glace, ça va être d'office remplacé par autre chose. Les besoins sont tellement criants. C'est sûr qu'il va y avoir autre chose qui va être réalisé. Que se soit ce projet ou un autre projet, l'important c'est qu'il y ait de l'argent injectépour les proches aidants afin de leur donner du répit», réplique-t-elle.
Fondé en novembre 2012, L'Appui Mauricie en est encore à travailler à la création de partenariat entre les différents acteurs des services de santé de la région, mais déjà, Mme Pauquay est satisfaite des liens qui se sont crées.
«On a une bonne collaboration et une bonne complémentarité avec le réseau de la santé», se réjouit-elle. «Ça devrait aller en augmentant puisque L'Appui siège sur toutes les tables de concertation des CSSS de la Mauricie», précise-t-elle.