Sarah Lise Hamel, responsable des communications à la SPAM avec Tobby, un chien à l'adoption.

Prévention des morsures: plus de 2000 enfants rencontrés par la SPA

Plus de 2000 enfants de la maternelle à la 6e année des Commissions scolaires de l'Énergie et du Chemin-du-Roy ont été rencontrés par la Société protectrice des animaux de la Mauricie, au cours de la dernière année scolaire, concernant la prévention des morsures. Les démarches de sensibilisation se poursuivent cet été dans les camps de jour.
La SPA Mauricie ne s'était pas fixé d'objectif particulier, mais se dit satisfaite du nombre de demandes envoyées par les écoles et les enseignants. «Il y a des écoles qu'on a fait au complet et même des CPE». indique la porte-parole de l'organisme, Sarah-Lise Hamel. L'organisme souhaite continuer sa démarche au cours de la nouvelle année scolaire qui s'amorcera à la fin du mois.
En janvier dernier, une dame de Pointe-aux-Trembles, Christiane Vadnais, avait été tuée par un chien pitbull, ce qui a lancé tout un débat de société, au Québec, face à cette race et d'autres races canines considérées par certains comme agressives ou dangereuses.
Une nouvelle session parlementaire est prévue sur le sujet, cet automne, à Québec. La SPA Mauricie pourrait être invitée à s'exprimer, à cette occasion. La position de la SPAM est «d'éviter le profilage (des chiens) et de cibler davantage les individus et leurs agissements», résume le président de la SPAM, Daniel Cournoyer.
La SPAM a une position équilibrée et nuancée, dit-il. «Les extrêmes ne sont jamais très bons», fait-il valoir.
En attendant, l'organisme entend poursuivre sa sensibilisation, surtout auprès des enfants, en leur expliquant que «Mon chien a une bulle» et qu'il ne faut pas le déranger constamment, notamment quand il mange ou quand il boit.
En cas de danger, on enseigne aux enfants diverses sortes de réactions, notamment «faire la roche» en protégeant ses mains et sa tête ou bien «faire l'arbre» et rester calme ou encore se servir de son vélo ou de son sac à dos pour se protéger, explique Mme Hamel.
La formation dure une trentaine de minutes. Les enfants apprennent aussi le langage corporel des chiens et sont avisés des risques.
Il n'y a pas eu de demandes, encore, de la part de classes de niveau secondaire pour cette présentation. La SPAM tentera de trouver des occasions de poursuivre sa sensibilisation auprès des autres groupes d'âges, notamment au futur parc à chiens qui sera ouvert prochainement sur la rue Dessureault, secteur Cap-de-la-Madeleine.
La Ville de Trois-Rivières n'a pas interdit les pitbulls après les événements de janvier dernier. Elle attend plutôt la position qu'adoptera le gouvernement du Québec et s'y conformera, indique le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant.
La SPAM profite de ses interactions avec les jeunes, cet été, pour les sensibiliser aux besoins des animaux. Récemment, un atelier a été organisé avec le Centre loisir Multi-Plus de Trois-Rivières afin de fabriquer des lits pour les chats du refuge à l'aide de boîtes de carton, les félins étant des adeptes des boîtes, car ils peuvent s'y cacher pour observer leur environnement.