Le nouveau parc à neige sera inauguré samedi à Ski La Tuque.

Prévente d'abonnements à La Tuque: moins populaire mais satisfaisante

La Tuque — La saison de ski avait provoqué des réactions de plusieurs citoyens, avant même que les skieurs dévalent les pentes, en raison de la diminution des heures d’ouverture. La vente des abonnements de saison a légèrement diminué, mais la Ville de La Tuque ne croit pas que ce soit en raison des heures d’ouverture. L’argent épargné a été réinvesti, entre autres, dans un tout nouveau parc à neige qui sera inauguré officiellement ce samedi.

«L’important, c’est d’être toujours au-dessus de 1000 membres. Quand on atteint ce chiffre-là, on est content», souligne Hélène Pelletier, directrice de Ski La Tuque.

Ce sont exactement 1070 abonnements qui ont été vendus lors de la prévente à 50 % avant le début de la saison. Une diminution de 185 abonnements si l’on compare à la saison précédente, mais une augmentation de 31 abonnements comparativement à 2016. «C’est difficile de cerner une raison majeure, on pense que c’est un ensemble de raisons qui font que ça monte et ça baisse d’une année à l’autre», note Mme Pelletier.

La météo est certainement un élément qui influence, mais également l’arrivée hâtive de la neige. «La motoneige a aussi un impact. Quand il tombe de la neige en novembre, les gens font le choix de la motoneige et parfois, ils ne prennent pas leur abonnement pour le ski. À l’inverse, quand la neige tarde à arriver pour la motoneige, les gens vont privilégier le ski», soutient la directrice de Ski La Tuque.

«Il ne faut pas non plus négliger la situation économique. C’est la première fois cette année qu’on le vivait vraiment. Il y a des gens qui nous disaient qu’ils n’avaient pas les moyens de prendre un abonnement en raison de situation familiale difficile.»

Les étudiants sont également moins nombreux dans les statistiques. Il est d’ailleurs difficile pour Ski La Tuque de trouver des employés étudiants. «Avant, les étudiants revenaient travailler à La Tuque. Maintenant, ils restent dans la ville où ils font leurs études», note Hélène Langlais, directrice des communications de Ville de La Tuque.

Rappelons qu’une pétition avait circulé sur les réseaux sociaux. Plus de 300 personnes l’avaient signée. On demandait que l’horaire, qui était passé de 37 à 29 heures d’ouverture, soit ajusté et changé.

La Ville avoue également avoir reçu certains mécontentements concernant le nouvel horaire, mais rien de significatif.

«On a eu quelques commentaires, mais les gens prenaient quand même leur abonnement», a affirmé Hélène Pelletier.

Les dirigeants préfèrent attendre la fin de la saison avant de faire le bilan et d’évaluer la décision prise par le conseil municipal. «On ne fait pas de cachette pour le centre de ski, c’est un déficit d’environ 400 000 $ par année. […] Il y a des choix stratégiques à faire au niveau du conseil. Les améliorations doivent se faire à coût nul. Peut-être qu’on a privé une minorité qui faisait du ski le vendredi soir et le samedi soir, c’est plate, mais on a privé une minorité pour favoriser une majorité. C’est un choix. Est-ce que c’est un bon choix, un mauvais choix, c’est la fin de la saison qui va nous le dire», a souligné Hélène Langlais.

Il faut dire toutefois que les sommes qui ont été économisées avec la réduction des heures d’ouverture ont été réinvesties à Ski La Tuque. «Depuis deux ans, les gens parlent beaucoup de parc à neige. On voulait prendre le temps d’analyser et de faire les choses correctement. […] On a pu engager un spécialiste qui est venu avec l’équipe de bénévoles et d’employés. On est certain que tout est sécuritaire maintenant», estime Hélène Pelletier.

Le nombre d’activités a également été revu à la hausse. Un nouveau comité d’animation travaille fort en ce sens pour que les skieurs et toute la population puissent en profiter.

L’inauguration officielle du nouveau parc à neige de Ski La Tuque aura lieu le samedi 19 janvier, à 13 h, au chalet de ski. Il y aura quelques activités spéciales sur le site pour l’occasion.

Mesures d’urgence

Les événements malheureux qui se sont déroulés dans d’autres stations de ski en début de saison, comme l’évacuation forcée de plus d’une centaine de personnes restées coincées en télésiège à Vallée du parc et la mort d’une adolescente en Abitibi, ont de quoi faire réfléchir les dirigeants de Ski La Tuque.

On estime toutefois être en mesure de répondre aux situations d’urgence. D’ailleurs, le plan d’intervention avait été revu à l’automne. «On a fait donner cette année, par des spécialistes, une grande formation d’évacuation avec les patrouilleurs, les employés et les pompiers. On vient de refaire notre plan et on est sur la coche. On est prêt, mais on espère ne jamais avoir besoin de s’en servir. […] Au niveau du parc à neige, les casques sont obligatoires», a mentionné Hélène Pelletier.