Cette photo du parc des Chutes de Sainte-Ursule a été prise il y a un peu plus de deux semaines. Le débit de la rivière Maskinongé est maintenant plus faible, mais va offrir un spectacle saisissant.

Prêts pour la visite

SAINTE-URSULE — Les parcs des Chutes de Sainte-Ursule et de la rivière Batiscan accueilleront dès samedi les visiteurs en ce début de belle saison après avoir dépensé quelques milliers de dollars pour remettre en ordre des équipements endommagés en raison de la très animée crue des eaux de 2019.

Le débit de la rivière Maskinongé a ralenti au cours des derniers jours après avoir avoisiné les 200 mètres cubes par seconde il y a environ deux semaines. La Municipalité de Sainte-Ursule avait d’ailleurs posté un surveillant sur les lieux afin de s’assurer qu’aucun visiteur ne se promène à proximité des chutes. Depuis le week-end dernier, la présence d’un surveillant n’est plus nécessaire. Le débit tourne autour de 100 m3/s. Mais la force de l’eau a fait du dégât.

«Des branches ont été poussées par l’eau, des petits troncs d’arbres. Des rampes ont été déclouées. Ça a coûté quelques milliers de dollars», note le maire de Sainte-Ursule, Réjean Carle.

Les travaux de réparation et de nettoyage sont exécutés, si bien que les visiteurs qui se pointeront en fin de semaine auront droit à un impressionnant spectacle naturel dans un environnement sécuritaire. Le débit devrait varier entre 105 et 115 m3/s. Le débit moyen durant l’été est de 10 m3/s.

«Au printemps, ce sont les sept chutes qui sont en action en raison du fort débit d’eau. Les gens auront accès aux services, ils pourront pique-niquer», énumère le maire Carle.

Depuis trois ans, quelque 1000 visiteurs s’ajoutent chaque année à l’achalandage, si bien que près de 17 000 personnes ont profité de ce parc en 2018. Réjean Carle souhaite que cette croissance se poursuive en 2019.

Les glaces

Si la force de l’eau a causé quelques dégâts au parc des Chutes de Sainte-Ursule, le parc de la rivière Batiscan a dû composer avec des amas de glace cette année. Un embâcle s’est produit sur la rivière Batiscan entre Saint-Adelphe et Saint-Stanislas. La glace a par la suite été à l’origine du bris d’un pont et d’une passerelle secondaire.

Quelque 10 000 $ ont été nécessaires pour réparer le pont. Le parc est en attente de soumissions pour faire la même chose avec la passerelle. Mais cela n’empêche nullement de recevoir les visiteurs en fin de semaine. Les services seront là dès samedi.

«L’eau n’a pas été aussi pire cette année qu’en 2017. On est habitué. On est le long de la rivière. On est prêt à accueillir les gens», confirme Nicole Robert, la directrice générale du parc de la rivière Batiscan.

La saison de camping débutera le 17 mai à ce parc qui possède une accréditation régionale depuis 2018. Le camping attire bon nombre de personnes. Selon Mme Robert, près de 51 000 visiteurs ont été accueillis en 2018. De ce nombre, 31 000 sont des campeurs (calculés sur une base journalière) et 19 000 sont des visiteurs journaliers.

«Il y a une nette progression, observe Mme Robert. En 2018, c’était la deuxième année de suite qu’on atteignait les 50 000 visiteurs. On s’attend à au moins 50 000 personnes en 2019.»