Le préfet de la MRC de Mékinac et maire d’Hérouxville, Bernard Thompson, en compagnie du ministre et député François-Philippe Champagne.

Près de 850 000 $ pour un centre de transbordement ferroviaire

Saint-Tite — La MRC de Mékinac pourra compter sur des installations ferroviaires bonifiées afin d’attirer encore plus de nouvelles entreprises dans son parc industriel régional.

Elle a en effet reçu la confirmation qu’elle allait bénéficier d’une aide financière non remboursable de 847 378 $ de la part de Développement économique Canada pour l’aménagement d’un centre de transbordement rail-route sur le site situé à Saint-Tite et où sont notamment déjà implantées les entreprises Xylo-Carbone et Aliksir. Afin de concrétiser ce projet, la MRC injectera une somme similaire à celle qu’elle a reçue du gouvernement fédéral. L’aménagement de cette nouvelle infrastructure nécessitera donc un investissement total d’environ deux millions de dollars et se fera sur une superficie de 34 217 mètres carrés.

Cet appui financier a été annoncé, lundi avant-midi, par le député de Saint-Maurice – Champlain et ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, en présence de plusieurs élus et décideurs locaux. Celui qui siège à la Chambre des communes a indiqué que ce projet allait, entre autres, favoriser de nouveaux investissements dans Mékinac et qu’il démontre le dynamisme dont font preuve les représentants locaux dans leurs efforts afin d’attirer de nouvelles entreprises chez eux.

«On sait qu’un centre de transbordement rail-route permettra aux entreprises de recevoir leurs marchandises plus rapidement et aussi de faire des exportations [car elles ont des visées internationales]. C’est vraiment se donner des moyens pour réussir. Je lève donc mon chapeau aux élus municipaux pour avoir eu cette idée», a-t-il déclaré.

L’élu qui a lancé à la blague qu’il avait «préféré» venir faire cette annonce dans sa circonscription au lieu d’accompagner le premier ministre Justin Trudeau en Inde a ajouté que l’implantation de nouvelles entreprises innovantes constitue le meilleur moyen pour créer des emplois de qualité, et du même coup, attirer une main-d’œuvre de qualité dans une MRC qui a longtemps été considérée comme l’une des plus pauvres au Québec. «Les entreprises viennent, car il y a des infrastructures modernes. Alors comme élus, il faut s’assurer de développer un cadre qui peut favoriser la création d’emplois et la croissance économique», a-t-il poursuivi.

Rappelons que les 10 municipalités que regroupe la MRC de Mékinac ont décidé, en 1996, de créer un parc industriel régional sur des terrains qui bordent la voie ferrée principale du Canadien National (CN) régional.

Le préfet de la MRC et maire d’Hérouxville, Bernard Thompson, a quant à lui indiqué que cette annonce constitue la preuve que Mékinac voit grand pour son parc industriel régional. «Nous sommes donc en mesure d’aider les entreprises qui se sont récemment installées à prendre de l’expansion», a-t-il mentionné. Le préfet n’hésite pas à dire que la MRC a des vues sur d’autres terrains afin d’agrandir son parc si le besoin se fait sentir.