Un total de 2180 raccompagnements ont été effectués dans la région par les bénévoles d’Opération Nez rouge.

Près de 2200 raccompagnements

Trois-Rivières — Ce sont 2180 raccompagnements qui ont été effectués dans la région par les bénévoles qui ont pris part à l’Opération Nez rouge au cours de la dernière période des Fêtes.

Seulement pour la centrale de Trois-Rivières, les bénévoles qui ont répondu par l’affirmative à l’invitation des responsables de la campagne trifluvienne ont effectué 1517 raccompagnements. De ce nombre, 136 l’ont été sur le territoire de Maskinongé par l’entremise de la centrale satellite de Louiseville. Ce résultat constitue d’ailleurs un record pour la petite organisation qui en était à sa quatrième année d’association avec celle de Trois-Rivières. La coordonnatrice de la centrale de Trois-Rivières, Mylène Bélanger, souligne par ailleurs que l’appel aux bénévoles qu’elle a lancé il y a quelques semaines pour les convaincre de donner de leur temps les samedis a porté ses fruits. Plusieurs personnes ont donc joint les rangs de ses effectifs, ce qui a notamment permis d’effectuer 200 raccompagnements seulement au cours de la soirée du samedi 15 décembre.

En raison de l’arrêt de l’opération sur le territoire de Nicolet – Bécancour à la suite du retrait de l’organisme qui s’en occupait depuis de nombreuses années, les équipes de Trois-Rivières ont également effectué des raccompagnements dans ce coin de pays lorsque les effectifs le permettaient. Sans être dans le secret des dieux, Mme Bélanger avance que des discussions ont eu lieu dernièrement afin de sonder l’intérêt de certains organismes de la rive sud pour reprendre le flambeau en 2019.

Du côté de Shawinigan, un total de 505 raccompagnements ont été effectués, répartis sur 14 soirées. Selon le président-coordonnateur de la centrale shawiniganaise, Denis Goulet, les quelque 175 bénévoles qui ont mis l’épaule à la roue lors d’une ou des soirées ont roulé un total de 12 292 km. Sur le territoire de Mékinac, 158 raccompagnements ont été effectués.

À l’échelle nationale, Opération Nez rouge a ramené à bon port 73 150 automobilistes canadiens, entre les 30 novembre et 31 décembre grâce à l’implication de 50 440 bénévoles. Du côté du Québec, 39 674 bénévoles ont bravé l’hiver pour raccompagner 55 720 clients ayant fait appel au service.

À sa création en 1984, 260 bénévoles avaient participé à Opération Nez rouge. Depuis, il y a eu 2 297 491 raccompagnements par 1 306 402 bénévoles. La plus grande fierté de son président et fondateur, Jean-Marie De Koninck, c’est d’avoir réussi à maintenir cette opération de sécurité routière depuis aussi longtemps et d’avoir pu conserver l’enthousiasme des bénévoles. «Chaque année, c’est un point d’interrogation, on se demande si les bénévoles vont revenir et s’il va en avoir des nouveaux. Ma plus grande satisfaction, c’est la motivation des bénévoles, chaque bénévole a sa propre motivation. Pour certains, c’est pour des raisons personnelles, d’autres veulent contribuer à améliorer la sécurité routière. C’est le plus gratifiant pour moi et les organisateurs», a-t-il souligné.

Pendant tout le mois, le service s’est très bien déroulé selon l’organisme. La tempête du jour de l’An a un peu ralenti le service et l’ardeur des bénévoles, mais le service a été maintenu malgré tout. La nuit, l’organisme a un peu plus de mal aussi à avoir des bénévoles.

Bénévoles de plus en plus jeunes

En 1984, les bénévoles étaient plutôt âgés. Au fil des années, l’âge a diminué et cette année, l’âge moyen des bénévoles était de 38 ans, dont des bénévoles de 18 ans, l’âge minimum requis pour participer à Opération Nez rouge.

«Les jeunes de 25-30 ans sont nés avec Opération Nez rouge, ils ont vu leurs parents participer à Nez rouge et ils ont envie de faire la même chose. Ils utilisent aussi Nez rouge pour rentrer chez eux», a expliqué M. De Koninck.

Selon le président de Nez rouge, la mise en place de l’application mobile a contribué à attirer les jeunes. «Ils ne sont plus papiers, ils utilisent leur téléphone et là on leur dit “vous allez pouvoir utiliser votre téléphone pendant la soirée pour faire des raccompagnements”. Ça a été très apprécié», a-t-il fait valoir.

Pour l’instant au Québec, 25 organisations sur les 63 l’utilisent. «On espère augmenter le nombre l’an prochain et que les organisateurs locaux vont embarquer. Ça améliore le service et ça encourage les jeunes à venir», a-t-il indiqué.

En plus des jeunes de plus en plus nombreux, les entreprises viennent également avec leurs employés pour être bénévoles. «On a eu beaucoup de succès avec les groupes. Ça leur fait un deuxième party de bureau, qui fournit des souvenirs pour l’année. Ça a été particulièrement fructueux cette année, c’est une voie de l’avenir pour avoir davantage de bénévoles», s’est réjoui le président d’Opération Nez rouge.

Enfin, le recours à un porte-parole connu contribue également selon l’organisme à inciter des personnes à devenir bénévoles. Cette année, c’est François Bellefeuille qui a donné un coup de main pour booster le recrutement.

Chaque année, Opération Nez rouge récolte plus de 1,5 million $, dont plus de 1,1 million est amassé au Québec seulement. La totalité de cette somme est redistribuée localement et permet de soutenir des organismes voués à la jeunesse et au sport amateur.