Près de 2000 femmes se sont donné rendez-vous dimanche matin pour la course Une fille qui court, devant l’Amphithéâtre Cogeco, à Trois-Rivières.

Première édition réussie à l’Amphithéâtre Cogeco pour Une fille qui court

Trois-Rivières — La course Une fille qui court était de retour, pour une sixième année, dimanche, à Trois-Rivières. Pour la première fois, la course avait lieu près de l’Amphithéâtre Cogeco et non au parc Pie-XII, un choix qui semble avoir été apprécié par les quelque 2000 participantes inscrites cette année.

«C’est un excellent ‘‘move’’, d’avoir déplacé ça ici, affirme Laurie Bellerive, propriétaire du Centre Athlétique, qui a repris l’organisation d’Une fille qui court avec l’homme d’affaires André Giguère. Je pense que tout le monde était content: la température était bonne, le parcours était beau, principalement sur le bord de l’eau. La vue est incroyable!»

Les participantes à cette course réservée aux femmes avaient le choix entre des parcours de 5 km, 10 km et 15 km. Elles pouvaient compléter ces circuits à la course ou à la marche, selon leur forme physique.

«Il y a des coureuses de tous les calibres, de tous les âges, souligne Mme Bellerive. Tout le monde a son objectif: il y en a qui veulent aller vite, d’autres simplement faire la course. Tout le monde réussit à se dépasser. C’est vraiment une course participative.»

L’événement était aussi l’occasion de souligner la fête des Mères. «À la base, c’était un cadeau pour toutes les mamans, les femmes qui se donnent toute l’année et qui, aujourd’hui, pensent réellement à elles et s’accomplissent», ajoute Mme Bellerive.

La course a été mise sur pied à l’origine par Nathalie Sansfaçon. Celle-ci a passé le flambeau à Laurie Bellerive et André Giguère après la cinquième édition, l’an dernier.