Les Roses sont venues costumées à leur premier entraînement au Parc national de la Mauricie.

Premier contact avec le Parc national de la Mauricie pour les Roses [PHOTOS]

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Plus d'une centaine de Roses se sont donné rendez-vous samedi matin au Parc national de la Mauricie, pour leur triathlon ou duathlon hivernal. En plus de l'important défi sportif qui les attendaient, ces femmes qui souhaitent se remettre en forme avaient rivalisé d'originalité pour se costumer, une tradition pour ce premier entraînement à l'endroit où se déroulera leur grand défi sportif, en septembre prochain.

Des super-héroïnes aux personnages de jeu vidéo, plusieurs participantes avaient mis leur cœur dans la confection de leur costume, à la surprise de la cofondatrice des Roses, Marie-Josée Gervais. Celle-ci explique que cette originale tradition a pour but de détendre l'atmosphère avant et pendant l'important défi qui attendait les Roses samedi avant-midi.

«C'est pour montrer qu'il ne faut pas prendre ça trop au sérieux. Ce n'est pas une compétition. Le fait d'être costumées enlève le stress de la performance, les tabous et les peurs», croit-elle.

Les Roses devaient en effet alterner entre la course, du ski de fond et de la raquette, sur plusieurs dizaines de kilomètres, afin de les préparer au triathlon ou au duathlon qui se déroulera en septembre prochain, dans le cadre des Défis du Parc. Pour nombre de ces femmes, venues des quatre coins du Québec, c'était l'occasion de découvrir le Parc national de la Mauricie. Pour certaines, c'était également l'occasion de s'initier à certains sports d'hiver.

«C'est nouveau pour moi, reconnaît Marie-Joëlle, venue de Montréal. Avant de commencer avec les Roses, je n'aurais jamais eu l'idée de courir dehors en hiver. Et j'ai fait du ski alpin pour la première fois la fin de semaine dernière.»

Modèle positif

Les Roses est un mouvement créé par Marie-Josée Gervais et la Dre Chantal Guimont il y a neuf ans, dans le but d'attirer davantage de femmes aux Défis du Parc, où elles étaient sous-représentées. Au-delà des bienfaits pour leur santé, le fait de relever un tel défi sportif est une façon de renforcer l'estime de soi des participantes. Elles deviennent également des ambassadrices pour la promotion de l'activité physique dans leur entourage.

«J'ai deux filles et je voudrais qu'elles aient un modèle d'une mère qui est une femme active et qui fait des projets pour elle. Je veux leur enseigner que c'est important d'avoir des projets pour soi., confie Marie-Joëlle.

Un soutien crucial

La moitié des participantes au triathlon ou duathlon de samedi étaient d'anciennes participantes, qui ont poursuivi leur implication comme mentors. Ce soutien est en effet très important et contribue à faire des Roses une famille tissée serrée. Très présent par le biais des médias sociaux, principalement sur la page Facebook des Roses, il aide plusieurs participantes à rester motivées lorsque leur entourage n'est pas actif physiquement.

«Je suis toute seule à faire de l'exercice, mes amies n'en font pas, explique Micheline, qui a voulu se remettre en forme après plusieurs années à être moins active. Mais en vieillissant, c'est plus dur de se motiver. Avant, j'étais seule pour aller m'entraîner, mais avec Facebook, ça m'aide beaucoup, ça me donne de l'énergie pour aller dehors.»

Défis nordiques

L'entraînement des Roses marquait également la fin des Défis du Parc-Nordique, qui se déroulaient du 19 au 22 février. Environ 1300 élèves de la Commission scolaire de l'Énergie ont participé aux activités sportives organisées pour eux, de mercredi à vendredi.

Quant aux Défis du parc, lors desquels aura lieu le triathlon et le duathlon des Roses, ils se dérouleront les 12 et 13 septembre 2020.