Monique Lépine a présenté une conférence jeudi midi à l’UQTR.

Pour une société plus humaine: Monique Lépine de passage dans la région

TROIS-RIVIÈRES — «Si quelqu’un souffre, aidons-le. Il faut améliorer la société pour les humains. On ne prend pas assez soin de l’humain.»

À quelques jours du 30e anniversaire de la tuerie de Polytechnique, Monique Lépine a rendu visite jeudi aux étudiants d’une école secondaire trifluvienne, du Cégep de Trois-Rivières et de l’UQTR pour parler de l’épreuve qu’elle a dû traverser. Son fils, Marc, est l’auteur du meurtre des 14 étudiantes de l’École Polytechnique de Montréal.

Mme Lépine se souvient très bien de la fin de journée du 6 décembre 1989, alors qu’elle rentrait chez elle après une journée de travail. Ce n’est que le lendemain qu’elle a appris que son fils de 25 ans avait entraîné dans la mort ces jeunes femmes avant de s’enlever la vie. Durant plusieurs années, elle n’a pu aborder la question, cherchant à retrouver un équilibre dans sa vie marquée plus tard par la mort de sa fille à la suite d’une surdose de cocaïne.

C’est à force de réfléchir à sa situation, de lire sur ce qu’elle vivait et à partir du moment où elle a fait le ménage dans ses émotions, en comprenant d’où elles viennent et en voyant sa réaction face à elles, qu’elle a commencé à remonter à la surface. Trente ans après le drame, elle constate que non seulement de nombreuses personnes souffrent en silence, mais qu’avec toutes les histoires récentes de violence, d’intimidation et de harcèlement, l’histoire se répète. De là, l’importance d’exprimer les souffrances pour se libérer et de prendre soin des personnes.

«Il n’y a pas grand-chose qui a changé, car le changement vient du cœur. Je veux qu’on porte attention aux jeunes pour mettre un sens à leur vie. On a le droit de dire comment on se sent, mais pas avec la colère. La souffrance est une question de cœur. Quand tu gardes de l’amertume, si tu nourris la vengeance, attends-toi pas de sortir quelque chose de positif. Il faut nourrir de bonnes pensées. La colère peut t’amener à poser des gestes. Si tu ne parles pas de ce qui se passe, c’est comme un presto. Je pense que mon fils avait beaucoup de colère et ç’a sorti comme ça», a raconté Mme Lépine devant une trentaine d’étudiants de l’UQTR, qui de toute évidence n’étaient pas nés lors des événements.

Selon ce qu’on lui a rapporté, son fils aurait mentionné lors de la tuerie qu’il haïssait les féministes. Elle se demande ce qu’une féministe voulait dire pour lui. Infirmière d’expérience occupant un poste de cadre et ancienne étudiante à l’Université de Montréal, Mme Lépine affirme qu’elle aurait pu correspondre à la description d’une féministe et s’est demandé si son fils lui en voulait à un point tel de décharger son arme contre des femmes, elle qui avait emmené ses deux enfants lorsqu’elle a décidé de quitter un mari violent.

«C’est quoi, être un bon parent? Dans mon temps, c’était de pourvoir aux besoins matériels. Est-ce qu’on s’est soucié de ce qu’on ressentait à l’intérieur? On n’avait pas ces pensées-là», raconte Mme Lépine, qui se dit pour l’égalité entre les femmes et les hommes, mais qui ne milite pas comme féministe.

Une rencontre avec Serge St-Arneault

Mme Lépine vient de faire paraître un deuxième livre, Renaître, qu’elle considère comme «son chemin de guérison». Femme profondément religieuse, elle affirme avoir pardonné à son fils et a demandé pardon aux familles victimes des gestes de celui-ci.

Au lancement de son livre, il y a une semaine, elle a d’ailleurs rencontré des membres de deux familles victimes de la tuerie, dont Serge St-Arneault. Ce dernier est le frère d’Annie St-Arneault, une étudiante originaire de La Tuque qui a été assassinée par Marc Lépine.

Selon Monique Lépine, la rencontre avec M. St-Arneault a été bonne pour elle et pour lui.

«On a pu se réconcilier au niveau du pardon. Il comprenait ma souffrance et je comprenais sa souffrance. Ça a été comme un baume.»