Me André Gabias, président de la Fondation jeunesse MCQ, Maurice Richard, président d’honneur des Déjeuners de la jeunesse ainsi que Mikaël Guillemette, vice-président de la fondation.

Pour aider encore plus de jeunes

Bécancour — Afin de faire mieux connaître ses services à la population et de pouvoir aider le plus grand nombre de jeunes possibles sur le territoire, la Fondation jeunesse Mauricie et Centre-du-Québec amorce un virage important dont les grandes lignes ont été dévoilées vendredi matin.

Anciennement la Fondation des Centres jeunesse MCQ, l’organisme a jugé bon de changer de nom cette année, étant donné que l’appellation des Centres jeunesse n’existe plus depuis qu’ils ont été intégrés au Programme jeunesse-famille du CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec. Pour son président, Me André Gabias, il devenait alors logique que la fondation réajuste le tir et devienne la Fondation jeunesse MCQ.

Du coup, l’organisme se dote d’un plan stratégique ambitieux afin d’épauler davantage les enfants qui peuvent présenter des risques de vulnérabilité dans leur développement vers la vie adulte, et les aider à atteindre leur plein potentiel.

La fondation incite donc les intervenants du CIUSSS-MCQ, le personnel et les gens qui sont en contact avec les jeunes bénéficiant de ces services de soumettre des projets à l’organisme afin que les fonds dont elle dispose puissent servir à l’achat d’équipement, de matériel, ou encore au financement de programmes, d’activités ou de services qui pourraient maximiser le développement des jeunes.

À titre d’exemple, l’achat d’un Ipad pour un jeune qui retourne en classe, l’inscription à un camp de vacances pour un autre qui n’aurait pas les moyens de se permettre cette expérience, ou encore le financement du transport pour un jeune en famille d’accueil qui choisit de poursuivre ses études sont autant de services que peut rendre la fondation par le biais des sommes amassées auprès de ses donateurs.

Durant les trois dernières années, plus de 55 400$ ont été investis dans 175 demandes. Or, la fondation souhaite maintenant hausser ses contributions à au moins 30 000$ par année. «C’est drôle à dire, mais on ne manque pas d’argent. Ce dont on manque, c’est de demandes. Alors on veut que les intervenants, que le personnel du CIUSSS, que les gens proches de ces jeunes sachent que nous pouvons les aider», évoque Me Gabias.

Par ailleurs, l’organisme souhaite augmenter son nombre de membres à plus de 300 d’ici trois ans, et aimerait pouvoir implanter de nouvelles activités dans une autre ville du territoire, qui restera à être déterminée cette année, au gré des besoins et des demandes.

Financement
Les deux grands Déjeuners de la jeunesse se tiendront au restaurant Poivre Noir de Trois-Rivières le 26 octobre ainsi qu’au Grand Times Hotel de Drummondville le 2 novembre. Les entreprises et gens d’affaires sont sollicités pour participer à ce déjeuner au coût de 200$, où tous les profits sont versés à la fondation. Les deux activités se dérouleront sous la présidence d’honneur de Maurice Richard, président et directeur général de la Société du parc industriel et portuaire de Bécancour.

Finalement, une activité se tiendra le dimanche 16 septembre de 10h à 16h30 dans la cour de l’école secondaire des Pionniers. L’événement Les entreprises en famille se veut le plus gros rassemblement de jeux gonflables de la région, pour lequel 300 entreprises ont accepté de contribuer. Tous les profits seront versés à la fondation.

Il est possible d’en savoir plus en visitant le fondationjmcq.ca.