Des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne ont entamé dimanche le démontage du village de pêche.

Poulamon: une saison qui se termine en beauté

Sainte-Anne-de-la-Pérade — Malgré un début de saison mouvementé, avec une météo capricieuse, l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne dresse un bilan positif de la saison de pêche et du Festival de pêche aux petits poissons des chenaux. Alors que des visiteurs profitaient de la dernière journée de pêche, dimanche, les pourvoyeurs étaient déjà en mode démontage.

«On est très contents, on finit en beauté avec la météo qu’on a eue cette fin de semaine, souligne Steve Massicotte, président de l’association. Malgré le début difficile, la saison a été très bonne. Je crois qu’on a égalé celle de l’an dernier, peut-être même qu’on l’a dépassée.»

Bien que le bilan officiel du nombre de visiteurs n’est pas encore disponible, M. Massicotte croit que la cible de 100 000 personnes a été atteinte. Et ce, malgré le mauvais temps et les piètres conditions routières qui, à quelques reprises, en ont découragé certains de se déplacer jusqu’à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

«On a quand même été chanceux, parce que le plus souvent, les tempêtes ont eu lieu dans la semaine. Nous sommes très contents que Dame Nature nous ait permis de faire notre 81e saison sans problèmes», se réjouit M. Massicotte.

Ce dernier est certain, par ailleurs, que le fait que la fin du festival coïncide cette année avec la fin de la saison de pêche a joué un rôle dans ce succès.

Les visiteurs en ont profité pour prendre l’air une dernière fois cette année sur la Rivière Sainte-Anne, au Festival de pêche aux petits poissons des chenaux.

«Les autres années, le festival finissait en début février, alors que la pêche se poursuivait encore quelques semaines. Ça devenait ambigu pour les gens: ils pensaient que la pêche finissait en même temps que le Festival», illustre M. Massicotte.

Jusqu’à preuve du contraire, cette formule sera appliquée à nouveau l’an prochain.

Une autre recette gagnante qui devrait revenir l’an prochain, possiblement bonifiée, est le kiosque de dégustation de poulamon installé depuis déjà quelques années pendant le festival. Une démonstration sur la manière d’apprêter le poisson est également présentée au kiosque et les visiteurs peuvent repartir avec un feuillet sur lequel se retrouvent quelques recettes mettant en vedette le favori de la rivière Sainte-Anne. La quantité de poulamon destiné à la dégustation pourrait notamment être augmentée, étant donné le succès que l’activité connaît.

«Les 100 à 150 bouchées préparées passent rapidement, souvent en une heure, illustre M. Massicotte. Les gens découvrent que le poulamon, c’est un bon poisson. On est en train de redorer son image: les gens en laissent moins derrière eux quand ils repartent.»

Le pourvoyeur remarque également que les touristes chinois et russes sont de plus en plus nombreux à s’intéresser à la pêche au poulamon et au poisson lui-même. Sainte-Anne-de-la-Pérade a aussi accueilli plusieurs groupes venus en autobus de Toronto.

Alors que s’amorçait la dernière journée de pêche sur la rivière, dimanche, des pourvoyeurs commençaient déjà à démonter quelques installations. Le village de pêche, composé de plusieurs centaines de cabanes, devrait avoir complètement disparu d’ici jeudi prochain. Les 18 pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne profiteront de la belle saison pour réparer et rénover leurs bâtiments mobiles, et même en acheter d’autres.