Les amuseurs publics étaient de retour pour une journée au parc des Chenaux à Trois-Rivières.

Populaire retour pour les amuseurs publics

Il y a longtemps que le parc des Chenaux n'avait pas été aussi animé. De nombreuses familles assistaient samedi avec émerveillement aux spectacles de saltimbanques aux habits colorées. L'ambiance du Festival des amuseurs publics a été recréée pour célébrer en grand la création il y a 25 ans à Cap-de-la-Madeleine de cet événement qui a marqué les étés de biens des enfants.
Chloé St-Jean, 5 ans, s'en donnait à coeur joie dans la mousse.
Des centaines de jeunes s'amusaient allégrement samedi après-midi. Si certains sautaient dans les structures gonflables, d'autres se riaient des pitreries des clowns et autres acrobates de rue. Lorsque les organisateurs démarraient la machine à fabriquer de la mousse en très grandes quantités, rares étaient les enfants ne voulant pas s'y aventurer.
Louis-Olivier Chaussé était au parc des Chenaux avec six enfants, mais pas tous les siens, tenait-il à préciser. «Le retour de l'événement est une bonne initiative. Les gens s'amusent beaucoup. Et le fait que c'est gratuit ça peut amener le monde à venir participer», lançait celui qui fréquentait le festival lors de ses belles années.
La fête s'est terminée en soirée avec un spectacle pyrotechnique. Les feux d'artifice ont été lancés au-dessus du lac artificiel, comme le veut la tradition.
Décidément, le Festival des amuseurs publics était attendu. «On se promène sur le site et on se fait arrêter continuellement pour se faire dire que les gens s'ennuyaient et sont heureux du retour de l'événement», affirmait avec enthousiasme Josée Rioux, une des membres du comité organisateur.
«On ne s'était pas donné d'objectif d'achalandage, on voulait faire un clin d'oeil aux années du festival. Mais tant mieux, la réponse est au-delà de ce qu'on espérait. Et il fait beau. L'ambiance est incroyable.»
Le Mondial des amuseurs publics s'est terminé en 2013 après vingt ans le paysage trifluvien. Le festival avait à l'époque remporté plusieurs prix en tourisme. Remplacé lors de ses deux dernières années par le Comiqu'art, un événement qui laissait plus de place à l'humour et à la bande dessinée. L'organisation accumulait toutefois les déficits. Ne voulant plus éponger les dettes, la Ville avait en 2014 décidé de cesser son financement.
La Ville a d'ailleurs consenti une aide financière de 7000 $ pour la tenue de cette journée. Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, était présent sur place en après-midi. À quelques mois des élections, il ne pouvait rater une occasion d'aller à la rencontre de ses citoyens. Il s'est même aventuré dans la montagne de mousse avec les nombreux enfants.
Est-ce que le Festival des amuseurs publics va renaître à la suite de cette journée? Il est trop tôt pour le dire, mais il y a de l'intérêt chez certains organisateurs. «Pour moi, ça va être terminé. Mais j'espère de tout coeur que ça revienne. C'est un événement rassembleur et familial. Tout le monde y trouve son compte», estime Josée Rioux.
Yves Lévesque n'est pas fermé à l'idée d'un retour du Festival des amuseurs publics. «À partir du moment qu'il y a des gens pour organiser les événements, nous sommes là. Je crois que c'est important que les amuseurs publics reviennent à la base, que ça soit une fête gratuite pour les enfants», estime le maire.