Florence St-Arnaud, de la Ferme biologique Campanipol, se sent lésée par l’indifférence apparente du MTQ.

Pont d’étagement du MTQ à Sainte-Geneviève-de-Batiscan: ras-le-bol des travaux interminables

Sainte-Geneviève-de-Batiscan — La ferme de produits biologiques Campanipol de Sainte-Geneviève-de-Batiscan avait inauguré une boutique, le 25 mai 2018, pour y vendre ses 45 variétés de légumes ainsi que des fromages, viandes et pains confectionnés par des artisans de la région. Malheureusement, cette ouverture a coïncidé avec l’amorce de travaux, par le ministère des Transports, sur le pont d’étagement de l’autoroute 40, tout près du commerce.

Depuis cette date, sur 63 semaines d’ouverture du nouveau commerce, 37 ont été marquées par des travaux et des entraves qui ont empêché la clientèle de s’y rendre.

Comme si la situation n’était pas déjà assez pénible, le ministère des Transports a aussi commis des erreurs dans le signalement des détours à faire pour se rendre à la boutique. «On a dû aller coller des flèches nous-mêmes sur les panneaux orange de détour», raconte le responsable du marketing de Campanipol, Florence St-Arnaud. «On a fini par trouver un contact qui était assez près du chantier et ils ont modifié la pancarte le lendemain», raconte-t-elle.

Le maire de Sainte-Geneviève-de-Batiscan, Christian Gendron, estime que Mme St-Arnaud «a raison de se plaindre». Les travaux du pont d’étagement, qui n’en finissent plus depuis 2018, affectent également d’autres commerces et même le CLSC qui dessert la MRC des Chenaux, dit-il, parce que le détour pour se rendre est très long, dit-il. «Les gens commencent à en avoir plein leur casque», fait valoir le maire. «On espère qu’ils ne rallongeront pas encore les délais.»

Au parc de la rivière Batiscan, il a fallu contacter les clients pour les guider. La directrice, Nicole Robert, indique que les entraves ne semblent pas avoir eu d’impact au niveau de l’achalandage des campeurs, mais il restera à évaluer s’il y en a eu au niveau des excursionnistes, dit-elle.

Pour couronner le tout, le 21 mai dernier, le panneau bleu indiquant la sortie d’autoroute qu’il faut prendre pour se rendre chez Campanipol a été cassé par une tempête.

Aucun automobiliste ne pouvait donc le voir alors que la clientèle en provenance de l’extérieur, par la 40, est très importante pour cette ferme agrotouristique. «On m’a dit qu’il devait être remplacé le 18 juillet. J’étais en pleine saison des fraises. Le 18 juillet, le panneau était toujours à terre», déplore-t-elle. «Le 21 août, je reçois un message pour me dire que le remplacement devrait être fait le 26 août. Ils ne pouvaient pas remplacer le panneau pendant les travaux», dit-elle.

Avec de tels délais, le MTQ est sensé offrir un dédommagement financier, «mais je n’ai pas eu de suivi non plus», déplore-t-elle. Pourtant, Campanipol paie 4000 $ par année pour figurer sur ce fameux panneau bleu d’autoroute.

Mme St-Arnaud a fait part du problème à l’Alliance touristique du Québec qui gère une bonne partie des panneaux bleus, mais sans grand résultat non plus.

Du côté de l’Alliance, le porte-parole, Frédéric Dubé, indique que lorsque les structures supportant les panneaux bleus sont sur des terrains appartenant au MTQ, «on est tributaire» du ministère, dit-il. M. Dubé précise que l’Alliance a néanmoins avisé le MTQ, le 4 juillet, que la pancarte avait été endommagée. Toutefois, tout ce qui peut être fait par l’Alliance, en pareil cas, c’est d’assurer un suivi, explique-t-il.

«Je voudrais calculer ce que tout cela ça m’a fait perdre, mais je ne suis pas capable parce que je n’ai même pas une année complète d’opération sans travaux», indique Florence St-Arnaud.

Quand ce n’est pas le pont d’étagement qui est en travaux, c’est la sortie d’autoroute de la 40, direction ouest, qui est barrée. «C’est extrêmement problématique. On est dans l’entrée de l’autoroute», explique-t-elle.

La goutte qui fait déborder le vase, c’est que le pont d’étagement devait ouvrir ces jours-ci, soit le 8 novembre. «Là, ils nous étirent ça jusqu’au 15», déplore-t-elle. «L’an passé, c’était censé être du 23 juillet au 23 novembre et ils n’ont ouvert le viaduc que le 9 décembre. On essaie de faire vivre notre nouvelle bâtisse à l’année. Les gens veulent bien venir ici, mais il n’y a pas de route qui se rend», déplore-t-elle.

L’entreprise Campanipol a porté plainte directement au ministère, car en plus, les travaux amorcés le 4 septembre dans l’entrée de l’autoroute 40 Ouest «n’ont jamais été annoncés», dit-elle. Le maire Gendron indique de son côté que la Municipalité n’a été avisée que la veille par le MTQ.

«On en vient à se demander si ce n’est pas de la mauvaise volonté», fulmine Mme St-Arnaud.

Il n’a pas été possible d’obtenir les commentaires du MTQ.