Travailleurs ontariens au Québec: gare aux tensions! prévient le PQ

Québec solidaire s’opposera à tout nouveau harnachement de rivières au Québec et le Parti québécois (PQ) dénonce et dénoncera la venue de travailleurs ontariens sur de futurs chantiers d’Hydro-Québec.

C’est ce qu’ont respectivement annoncé la chef parlementaire solidaire, Manon Massé, et le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, mercredi.

La FTQ-construction déplore que François Legault ait indiqué lundi à son homologue ontarien que des travailleurs de l’Ontario pourraient être embauchés pour construire de nouveaux barrages hydroélectriques au Québec. M. Legault veut vendre de l’électricité à la province voisine, ce qui éviterait à celle-ci, dit-il, de rénover ses centrales nucléaires à grands frais.

Le PQ a dit craindre le blocage d’éventuels chantiers résultant d’un contrat de vente à l’Ontario qui comprendrait du travail pour des Ontariens. Il a promis de ne pas laisser le gouvernement Legault aller de l’avant. 

«C’est une mauvaise décision de la part de François Legault. C’est inacceptable et moi, je ne le laisserai pas faire», a lancé la députée Lorraine Richard, de la circonscription de Duplessis, sur la Côte-Nord.

Aux yeux de Québec solidaire, le problème ne réside cependant pas dans cette éventuelle venue de main-d’œuvre ontarienne, mais dans le harnachement de nouvelles rivières. «On n’a pas besoin de nouveaux barrages», a martelé la députée Manon Massé en promettant à M. Legault qu’il trouverait son parti «sur son chemin».

Le PM s’explique

Plus tôt en journée, François Legault avait réexposé la situation en ces termes : ces éventuels barrages et ces lignes de transmission vers la province voisine seraient bâtis «en partie avec des employés du Québec, en partie avec des employés de l’Ontario».

Ce sont «des emplois qui de toute façon ne seraient pas créés si on n’avait pas d’entente avec l’Ontario». 

M. Legault a expliqué avoir fait cette proposition parce que la rénovation des centrales nucléaires en Ontario créerait «beaucoup d’emplois» là-bas et qu’il faudrait donc ouvrir ces éventuels chantiers québécois aux travailleurs ontariens en guise de compensation en quelque sorte.

Le Parti libéral du Québec s’oppose également à ces propositions du nouveau gouvernement. «François Legault se dit nationaliste, mais propose aujourd’hui de confier le développement de nouveaux barrages à des travailleurs et à des entreprises ontariennes; en plus de littéralement en céder une partie au gouvernement de Doug Ford.»