La pandémie aura accentué le besoin d’innover en terme de conciliation travail-famille-études. Beaucoup de Québécois ont été forcés de travailler à la maison, et avec les écoles fermées, les enfants agissaient comme de nouveaux collègues. 
La pandémie aura accentué le besoin d’innover en terme de conciliation travail-famille-études. Beaucoup de Québécois ont été forcés de travailler à la maison, et avec les écoles fermées, les enfants agissaient comme de nouveaux collègues. 

Travail-famille: un sceau pour les meilleurs employeurs

EXCLUSIF / Le ministère de la Famille veut reconnaître les entreprises qui mettent en place de bonnes mesures pour la conciliation famille-travail. Un sceau distinctif sera décerné aux employeurs pour souligner leurs pratiques organisationnelles, a appris Le Soleil.

Le ministre Mathieu Lacombe en fera l’annonce lundi, à Montréal. La pandémie aura accentué le besoin d’innover en terme de conciliation travail-famille-études. Beaucoup de Québécois ont été forcés de travailler à la maison, et avec les écoles fermées, les enfants agissaient comme de nouveaux collègues. 

Le gouvernement accordera 900 000 $ à deux organismes pour revoir l’organisation du travail en ce sens. Le Réseau pour un Québec Famille (RPQF) bénéficiera de cette aide, il chapeaute le Programme de reconnaissance conciliation famille-travail et collabore avec le gouvernement depuis un bon moment déjà.

D’ailleurs, l’annonce de ce sceau distinctif devait avoir lieu au mois de mars, au moment où la crise sanitaire a éclaté. Le nouveau programme destiné aux employeurs est devenu encore plus pertinent pendant la pandémie.

Le RPQF décernera donc le sceau aux entreprises qui se démarquent, plusieurs critères devront être respectés.

Pour les parents

En plus d’offrir de l’encadrement aux employeurs pour les aider à appliquer des mesures acceptables pour la conciliation travail-famille, le gouvernement espère offrir des outils aux parents. Selon un sondage Léger réalisé en 2018, 49 % des parents se disent réticents à utiliser les mesures en place par leurs employeurs.

Le deuxième organisme qui touchera une partie du montant investi, la Fédération québécoise des organismes communautaires Famille (FQOCF), essaiera de faire diminuer ce pourcentage. Leur tout nouveau projet permettra de joindre, d’accompagner et d’outiller les parents afin qu’ils utilisent davantage les mesures de conciliation famille-travail-études offertes par leur employeur ou leur établissement d’enseignement.

L’objectif du gouvernement est de faciliter en partie la vie des parents et employeurs, surtout en période de reprise économique. L’annonce de lundi couvre plusieurs aspects de la conciliation famille-travail.