Julie Boulet

Tirs péquistes contre Julie Boulet

Le Parti québécois (PQ) a questionné l'intégrité de la ministre du Tourisme Julie Boulet jeudi à l'Assemblée nationale.
Agnès Maltais a cité les révélations de l'émission Enquête qui indiquent que la ministre du Tourisme était au courant des objectifs de financement imposés par le Parti libéral.
«Devant la commission Charbonneau, la ministre du Tourisme et députée de Laviolette a déclaré ignorer qu'il existait un objectif de 100 000 $ par ministre, et je vais la citer: ''[Les] 100 000 $, je l'ai appris quand [...] [Norman] MacMillan l'a annoncé publiquement'', ça veut dire en décembre 2009. Elle a d'ailleurs été contredite immédiatement par plusieurs de ses collègues», a déclaré Agnès Maltais en chambre jeudi lors de la période de question.
«Alors, la déclaration de la ministre devant la commission Charbonneau est encore plus inquiétante à la lumière des documents qui ont été révélés mercredi. On y découvre que non seulement la ministre avait bel et bien un objectif de 100 000 $, mais qu'elle les dépassait amplement: 133 955 $ en 2008, 125 027 $ en 2009.
Quand l'ex-ministre des Transports et députée de Laviolette, le comté le mieux pavé au Québec, dit qu'elle n'était pas au courant de l'objectif de 100 000 $ par ministre, est-ce que le premier ministre la croit encore?».
Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier, a répondu à cette question en affirmant qu'il avait aussi des quotas de financement au PQ. Présente en chambre, la députée de Laviolette n'a pas répondu aux attaques du PQ.
De plus, elle ne souhaite pas accorder d'entrevue sur cette question.