Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, était accompagné des députés François Paradis et Lise Lavallée lors du point de presse.

Sonia Lebel candidate caquiste en Mauricie?

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, n'exclut pas la possibilité que l'ex-procureure en chef de la commission Charbonneau, Sonia Lebel, soit candidate pour sa formation politique dans l'une des quatre circonscriptions de la Mauricie lors des prochaines élections provinciales, prévues en 2018.
Interrogé par un journaliste à savoir s'il avait l'intention d'opposer Sonia Lebel - qui a joint les rangs de sa formation politique l'hiver dernier - à la députée de Laviolette et ministre responsable de la Mauricie, Julie Boulet, le leader caquiste a esquissé un sourire avant d'indiquer que des caquistes de la région aimeraient bien qu'un tel scénario se réalise, mais qu'il était trop tôt pour annoncer quoi que ce soit. On se rappellera que Mme Lebel avait interrogé Julie Boulet lors de son passage devant la commission Charbonneau en 2014. La députée libérale et actuelle ministre du Tourisme y avait été convoquée car elle a notamment occupé le poste de ministre des Transports au sein du gouvernement libéral de Jean Charest.
«Il n'y a pas de décision qui a été prise concernant Sonia Lebel. Je sais qu'il y a des gens de la Mauricie qui veulent qu'elle se présente en Mauricie et des gens de la Montérégie qui veulent qu'elle se présente en Montérégie. On va en discuter avec elle et avec les représentants des différents comtés et quand nous serons prêts à l'annoncer, on l'annoncera», a-t-il déclaré lors d'un point de presse qui s'est tenu lundi dans le cadre du caucus des députés de la CAQ qui se déroule à Shawinigan jusqu'à mardi.
Dans les minutes ayant suivi la déclaration de son chef, le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, a quant à lui confié qu'il aimerait bien que la candidate-vedette défende les couleurs de la CAQ en Mauricie et qu'il travaillait en ce sens.
«Sonia n'a pas encore pris sa décision. Tout le monde sait qu'elle a joint la CAQ et notre objectif est qu'elle se présente. J'aimerais qu'elle vienne en Mauricie. Mais l'important, c'est de la convaincre de se présenter. Elle chemine bien par rapport à ça et je vais tenter de l'influencer», a précisé le député.
Comme il l'avait dit la veille lors de son passage à Trois-Rivières, M. Legault a réitéré qu'il avait de grandes visées pour la région en prévision des élections de l'an prochain et qu'il croyait que sa formation allait être en mesure de ravir les quatre circonscriptions aux libéraux. Rappelons qu'en raison de la refonte de la carte électorale, la Mauricie ne sera représentée que par quatre députés au lieu de cinq après les élections de 2018.
«Je vise un grand chelem en Mauricie, quatre comtés sur quatre», a-t-il lancé après avoir indiqué que plusieurs candidats potentiels avaient déjà été rencontrés afin de mettre sur pied une équipe de qualité.
Travailler pour l'économie de la région
Si les électeurs décident de confier les rênes de la province à son parti en 2018, M. Legault a répété qu'il travaillera fort afin de redresser l'économie de la Mauricie, qui est en mauvaise posture selon lui.
«Sur 17 régions au Québec, la Mauricie est 17e pour le salaire moyen. [...] Quand on regarde depuis 15 ans, nous avons perdu 4000 jeunes dans la région. Et juste au cours des 12 derniers mois, on a perdu 5200 emplois», a-t-il martelé.
En réaction à ces propos du chef caquiste, les députés libéraux ont publié un communiqué de presse dans lequel ils soutiennent que la région connaît actuellement sa plus grande croissance économique depuis les 30 dernières années. Selon eux, les entreprises de la région ont reçu une aide financière gouvernementale de 257 millions $ entre 2014 et 2016, ce qui a généré plus de 714 millions $ en investissements locaux. Ils ajoutent que plus de 7000 emplois ont été créés depuis mai 2014 et que le taux de chômage est à son plus bas niveau depuis des décennies.
Le Québec a les pires urgences en Occident déplore la CAQ
Il n'y a eu aucune amélioration dans le système de santé québécois en 15 ans, ont déploré tour à tour le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) et la présidente du syndicat représentant les infirmières, lundi.
«C'est vraiment plus difficile dans le réseau de la santé, a déclaré Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ). Je ne peux pas dire que ça s'est amélioré.»
Mme Laurent a illustré son propos en affirmant qu'en Abitibi, on prévoyait couper 110 lits sur 430. «Pas besoin de vous dire la grandeur de l'Abitibi. Qu'est-ce que ça va vouloir dire pour les services?», a demandé celle qui prendra bientôt sa retraite, après près d'une décennie passée à la tête de la FIQ.
Les projets de loi 10 et 20 du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ont récemment aboli les agences régionales et imposé de nouvelles obligations aux médecins. Leur objectif est de simplifier l'accès aux soins et aux services.
Selon le ministère de la Santé, environ 76 pour cent des Québécois ont maintenant accès à un médecin de famille. La cible établie est de 85 pour cent d'ici le 31 décembre 2017.
Mme Laurent était à Shawinigan lundi pour rencontrer les troupes caquistes dans le cadre de leur caucus présessionnel.
Elle rencontrera aussi les députés du Parti québécois cette semaine, et ceux de Québec solidaire en septembre.
C'est que les caquistes ont fait de la santé le thème principal de leur première journée de caucus. En point de presse lundi, le chef de la CAQ, François Legault, a martelé que le premier ministre Philippe Couillard et M. Barrette avaient tous deux échoué à mettre fin à l'attente en santé.
«La santé, c'est le plus grand échec du gouvernement libéral et c'est l'échec personnel de Philippe Couillard», a-t-il déclaré.
M. Legault a annoncé que son porte-parole en matière de santé, François Paradis, entreprendra prochainement une tournée de plusieurs régions du Québec afin d'échanger avec les acteurs du réseau de la santé et bonifier la plateforme électorale du parti.
Publicité négative
Plus tôt dans la journée, la CAQ a profité de l'ouverture de son caucus présessionnel en Mauricie pour lancer une publicité négative destinée aux réseaux sociaux sur le thème de la santé.
La publicité d'une minute s'en prend au gouvernement Couillard, en affirmant que «les urgences du Québec sont les pires en Occident», que «nos aînés n'ont pas droit à plus d'un bain par semaine», que «même les détenus sont mieux traités» tandis que «les familles, elles, attendent des heures et des heures pour faire soigner leurs enfants».
Le slogan libéral «Ensemble, on fait avancer le Québec» devient dans la publicité: «Ensemble, on fait reculer le Québec».
M. Paradis a défendu la publicité en mêlée de presse, la qualifiant de «beau message». «Ce message (...) dit aux gens: Regardez le constat, pensez à vos parents, pensez aux aînés, pensez à l'hygiène, pensez aux sujets prioritaires depuis trois ans, rien n'a été fait, ce n'est pas normal», a-t-il dit.
Pour sa part, M. Legault a dit s'attendre à ce que les Québécois qui ressentent de la «grogne» se tournent vers son parti aux prochaines élections. La Presse canadienne
Mauricie - Centre-du-Québec
• Patients inscrits et qui cherchent un médecin: 27 494
• Pourcentage de la population ayant de famille: 84,3 %
• Population à inscrire pour atteindre la cible de 85 %: 3486
*Selon des chiffres obtenus par la CAQ en juillet 2017