Raymond Bernier a été élu une première fois en 2003 avant d’être défait en 2007, emporté par la vague adéquiste.

Raymond Bernier quitte la vie politique

Le député libéral de Montmorency, Raymond Bernier, ne sera pas de retour pour les élections de 2018. Il a annoncé son retrait de la politique provinciale dimanche, devant des représentants d’organismes communautaires de sa circonscription.

Le Soleil avait eu vent il y a une dizaine de jours que le politicien se dirigeait vers la sortie. Ce dernier avait toutefois refusé de confirmer et avait déclaré qu’il allait se prononcer prochainement. Voilà qui est fait. 

M. Bernier a convié dimanche matin, à l’occasion d’un brunch, les bénévoles de divers milieux qui ont travaillé avec lui sur le terrain ces dernières années dans la circonscription de Montmorency. Pour les remercier de leur travail, mais aussi pour leur annoncer qu’il est temps pour lui de passer à autre chose.

«C’était important pour moi [de l’annoncer devant eux] parce que j’ai eu à travailler avec eux 12 ans de temps. J’ai toujours été près de la communauté. […] Ce sont des gens que je voyais quotidiennement, les soirs et les fins de semaine», a dit M. Bernier en entrevue au Soleil

M. Bernier a été élu une première fois en 2003 avant d’être défait en 2007, emportée par la vague adéquiste. Il a repris son siège en 2008 avant de le perdre en 2012 au profit de la Coalition avenir Québec, puis de le regagner en 2014. 

À 65 ans, celui qui préside la Commission des finances publiques de l’Assemblée nationale veut réaliser d’autres projets avant que le temps lui manque. «À un âge comme le mien, si on veut réaliser des choses, il faut prendre des décisions», a-t-il dit, sans donner de détails sur ses projets futurs. «J’ai pas encore décidé ce que j’allais faire.»

Dossiers à avancer

Le député terminera son mandat et entend travailler à avancer certains dossiers d’ici le 30 septembre, dont celui de la mise en valeur du parc de la Chute-Montmorency. Il s’assurera également de laisser le bureau en ordre pour son successeur.

M. Bernier a profité de sa discussion avec Le Soleil pour rendre hommage à sa famille, qui l’a supporté tout au long de son parcours politique. Il a rappelé que sa conjointe était «de tous les événements». «Ma famille a toujours été omniprésente. Si j’avais dû faire ça tout seul, ça aurait été beaucoup plus difficile.»

Raymond Bernier n’a jamais été ministre. Mais ce dernier n’en est pas amer, a-t-il dit. «Ça n’a jamais eu d’impact. Pour moi, le premier travail c’était d’être député.»

Il rejoint une longue liste d’élus libéraux qui ne se représenteront pas au scrutin du 1er octobre, dont son collègue de la circonscription voisine (Jean-Lesage), André Drolet. Les ministres Jean-Marc Fournier et Stéphanie Vallée, ainsi que les députés Guy Hardy, Karine Vallières et Pierre Reid ont aussi confirmé qu’ils ne reviendraient pas.