Le traversier Le Alphonse Desjardins au quai de Quebec en janvier 2018.

Québec congédie le patron de la Société des traversiers

MATANE — Québec a montré la porte au président-directeur général par intérim de la Société des traversiers du Québec (STQ), François Bertrand. C’est le ministre des Transports, François Bonnardel, qui l’a avisé, jeudi, qu’il mettait fin à son mandat.

«À la lumière de ce que j’observe depuis mon entrée en poste, depuis trois mois, la direction actuelle n’était plus en mesure d’assurer sa mission cruciale et la confiance que je dois lui porter n’était tout simplement plus là», a justifié le ministre Bonnardel. Je tiens à le remercier pour ses services des 10 dernières années.»

M. Bertrand travaillait depuis 2009 à la STQ, et il avait été nommé président-directeur général par intérim en mars 2017.

Le navire F.-A.-Gauthier est en cale sèche depuis le 14 janvier au chantier maritime Davie, de Lévis, afin d’identifier un problème constaté avec ses propulseurs et le corriger.

Le conseil des ministres a entériné la recommandation de M. Bonnardel de nommer le sous-ministre associé au territoire du ministère des Transports, Stéphane Lafaut, pour assurer la direction temporaire de la STQ. À l’emploi du Ministère depuis 2016, M. Lafaut a fait carrière dans les Forces armées canadiennes pendant 25 ans, où il a occupé des postes de haute direction. «Il a toute ma confiance pour permettre à la Société des traversiers d’assurer pleinement sa mission et de répondre aux attentes du gouvernement québécois», a souligné le ministre des Transports. 

M. Lafaut aura pour mission de faire un état de situation sur la desserte de relève à court, moyen et long termes. Il devra aussi mettre en place un plan d’action pour assurer cette relève. «Je lui demande aussi d’entreprendre un diagnostic organisationnel de la STQ, ajoute François Bonnardel. Je veux que cette société d’État atteigne les plus hauts standards de performance et qu’elle soit une source de fierté pour les Québécois, particulièrement dans les régions où elle offre des services.»

Rappelons que les décisions prises jeudi par le ministre des Transports découlent de la situation du traversier F.-A.-Gauthier, qui a pris toutes les allures d’une série noire, accumulant ratés par-dessus ratés. Avec La Presse canadienne 

Le pdg par intérim de la Société des traversiers du Québec, François Bertrand, s’est fait montrer la porte par le ministre des Transports François Bonnardel.

+

LE F.-A-GAUTHIER HORS SERVICE PENDANT HUIT MOIS

MATANE — Le traversier F.-A.-Gauthier, qui a cessé ses activités le 17 décembre pour entrer en cale sèche au chantier Davie le 14 janvier, ne pourra être remis en service qu’en août. Entre-temps, le navire Apollo, qui devait assurer le remplacement à compter de vendredi, ne sera pas prêt à assurer la liaison Matane–Baie-Comeau–Godbout avant le 13 février. 

D’ici là, la Société des traversiers du Québec (STQ) loue les services du CTMA Voyageur pour offrir la traverse aux camionneurs et aux automobilistes, tandis que les piétons sont invités à prendre un avion nolisé aux aéroports de Mont-Joli, Sept-Îles ou Baie-Comeau. Cependant, la STQ n’offre pas de service de navette entre le port de Matane et l’aéroport de Mont-Joli.

Au cours des deux dernières semaines, les travaux de démantèlement des propulseurs azimutaux du F.-A.-Gauthier ont été réalisés afin d’identifier la cause des dommages subis. Le manufacturier finlandais Steerprop est en mesure de fournir l’ensemble des pièces endommagées pour une seule des deux unités de propulsion. Les pièces de l’autre unité devraient être disponibles le 5 juin. Une fois les pièces reçues, les propulseurs seront ensuite remontés. Une remise en service du navire pourrait être envisageable en août. «Il m’apparaît surréaliste de voir ce bateau neuf, qui a été fabriqué il y a seulement trois ans, être hors service pour une période de huit mois, s’indigne le ministre des Transports, François Bonnardel. C’est une situation inacceptable!»

M. Bonnardel a chargé les équipes juridiques de son ministère et de la STQ afin d’évaluer les recours possibles. «Les contribuables québécois ont déjà investi assez d’argent dans ce bateau», estime-t-il.

Le ministre dénonce également «le manque de planification grave» de la STQ qui ne dispose d’aucun navire de remplacement pour assurer le relais lorsqu’un traversier de sa flotte est dans l’incapacité de naviguer. «J’ai été surpris d’apprendre que la STQ avait planifié l’achat d’un tel bateau et que l’ancien gouvernement refusait de débattre de la question au conseil des ministres», regrette-t-il. 

Des discussions sont actuellement en cours pour l’acquisition d’un navire de remplacement permanent qui se trouve en Europe. Mais, comme celui-ci ne pourra pas être disponible avant le printemps, la STQ a, le 16 janvier, acheté l’Apollo de Labrador Marine au coût de 2,1 millions $ sans l’avoir inspecté. Or, dans les 24 heures suivant son acquisition, un incendie mineur s’est déclaré dessus. Arrivé au port de Matane lundi, il devait remplacer le CTMA Vacancier à compter de vendredi, mais une inspection de sécurité et la nécessité de travaux techniques l’empêchent de pouvoir faire la liaison fluviale avant le 13 février.

+

LE PQ DEMANDE UNE ENQUÊTE DE LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE 

MATANE — Le député péquiste de René-Lévesque, Martin Ouellet, exhorte Québec d’ordonner une enquête de la vérificatrice générale dans la saga entourant le traversier F.-A.-Gauthier. 

«On demande au gouvernement, au ministère des Transports, de mandater la vérificatrice générale pour enquêter sur l’octroi des contrats et les suivis pour ce qui est du F.-A.-Gauthier», somme M. Ouellet. Le parlementaire dénonce aussi «l’addition de toutes les mauvaises décisions» prises par la Société des traversiers du Québec en qui il dit ne plus avoir confiance. Pour lui, il est inconcevable que le bateau de remplacement, l’Apollo, ait été acheté sans être inspecté. «C’est comme dans les petites annonces : acheté tel que vu», ironise le député. 

«C’est romanesque, continue M. Ouellet. Parfois, on n’y croit pas; on pense que ce sont les internautes qui nous font des jokes! C’est une comédie d’erreurs qui, malheureusement, cause préjudice aux gens. Le bateau qui va remplacer l’autre bateau qui remplace celui qui est en train de se faire réparer est un bateau de marchandises. Donc, on comprend que c’est le transport de marchandises qui va être favorisé. Il ne reste que 12 places pour les individus. On est dans l’improvisation! Les gens veulent planifier leurs sorties. On n’a rien qu’à penser à la relâche qui s’en vient. Va-t-il y avoir un bateau ou pas?»

Martin Ouellet et son homologue dans Matane-Matapédia et chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, invitent le ministre des Transports, François Bonnardel, à venir rencontrer les intervenants locaux à Baie-Comeau et à Matane.