Le chef du NPD Jagmeet Singh a été critiqué par le député Charlie Angus concernant son utilisation des médias sociaux.

NPD: Jagmeet Singh critiqué trois mois après son entrée en poste

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, a fait face à sa première critique, trois mois après son élection à la tête de la formation, alors que débutait mercredi la réunion de son caucus à Ottawa.

Le député Charlie Angus, l'un de ses rivaux lors de la course à la direction, a publié vendredi soir sur Twitter un commentaire contre la nouvelle direction que semble prendre le NPD sous la gouverne de M. Singh. «Lorsqu'un parti croit que de meilleurs trucs d'Instagram ou de la planification de gala sont le meilleur moyen de réussir, nous perdons le contact», a-t-il écrit en ajoutant que le mouvement néo-démocrate avait toujours été près de sa base.

Quelques jours auparavant, M. Singh avait documenté sa demande en mariage à Gurkiran Kaur, sa nouvelle fiancée, sur Instagram.

Charlie Angus a effacé son gazouillis peu de temps après l'avoir publié. Il s'est justifié mercredi en disant qu'il n'avait pas à s'en prendre à la nouvelle équipe d'employés mise en place par Jagmeet Singh parce qu'ils ne font que commencer leur travail.

Il a toutefois insisté sur le besoin pour le NPD de ne pas se détourner de sa base pour tout miser sur les réseaux sociaux.

«Nous attirons beaucoup de jeunes gens intelligents qui aiment les médias sociaux, mais les médias sociaux ne sont qu'une petite partie [du travail], a-t-il expliqué. La réalité, c'est que nous parlons pour des gens qui n'ont pas de voix, qui ne font pas partie de la bulle qu'est Ottawa et je veux vraiment que nous maintenions cet équilibre.»

Il semble que le départ récent de Michele Girash, une organisatrice néo-démocrate qui travaillait pour le caucus des députés, est à l'origine du mécontentement de M. Angus. Mme Girash avait dirigé sa campagne lors de la course à la direction.

Mauvaise passe?

Pendant que Charlie Angus tentait d'expliquer sa sortie sur Twitter et son recul, son chef faisait son entrée à la réunion de caucus, précédé par son propre caméraman. Le jeune hipster — arborant la tuque, la barbe et les lunettes de sa génération — documentait chaque pas et chaque geste du leader. Puis, celui qui alimente ses réseaux sociaux en utilisant même sa demande en mariage, a fait face aux médias traditionnels, le temps d'un court point de presse.

Invité à dire s'il recevait la sortie de son député comme une critique, il a commencé par dire «non». «C'est très important d'avoir une connexion avec le peuple. On sait que tout le monde utilise les médias sociaux. C'est une façon de connecter, de montrer que nous sommes des personnes, en plus d'être des politiciens. Donc, c'est un outil très nécessaire pour connecter et pour envoyer un message», a-t-il eu le temps d'ajouter avant que son équipe ne l'extirpe de l'exercice.

«Notre base est aussi sur les médias sociaux», a fait valoir le député Alexandre Boulerice aux côtés de Charlie Angus, lors d'un point de presse organisé quelques heures plus tard pour réagir à l'annonce du gouvernement Trudeau concernant la livraison à domicile de Postes Canada.

«Il faut utiliser les médias dits traditionnels, il faut utiliser les médias nouveaux, les médias sociaux aussi où une bonne partie des 18-24 ans ou 18-34 ans sont. Je pense qu'il faut être capable de faire les deux, puis on a tout à fait les capacités organisationnelles de faire les deux et Jagmeet excelle dans les deux également», a-t-il ajouté.

La critique de Charlie Angus s'ajoute à une série de tuiles qui se sont abattues sur le NPD depuis quelques mois. L'arrivée du nouveau chef en octobre n'a pas suscité d'engouement dans les sondages. Quelques semaines plus tard, les appuis du parti ont fondu lors de l'élection partielle dans Lac-Saint-Jean à un point tel que sa candidate, Gisèle Dallaire, a dégringolé du deuxième au quatrième rang. Puis, comble de malchance, le mauvais temps a forcé le parti à annuler lundi la réunion de son caucus qui devait se tenir à Saguenay pour finalement la reporter mercredi à Ottawa. Le parti espérait obtenir une certaine visibilité pour la prochaine élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord.