Michelle Blanc n'a pas caché son amertume face à la couverture médiatique qui lui a été réservée à la suite de son saut en politique.

Michelle Blanc croit avoir été «la tête de Turc de ces élections»

MONTRÉAL — Au terme d'une campagne cahoteuse, Michelle Blanc croit avoir été «la tête de Turc de ces élections».

La candidate controversée du Parti québécois affirme que son saut en politique a été à la fois «au-delà et en deçà» de ses attentes.

En entrevue avec La Presse canadienne, elle s'est émerveillée de la proximité avec les citoyens et du dévouement des bénévoles, mais n'a pas caché son amertume face à la couverture médiatique qui lui a été réservée.

«Quand je me suis présentée en politique, je savais que ce serait dur», souligne Mme Blanc, qui a été défaite par la candidate solidaire Ruba Ghazal dans la circonscription de Mercier, ancien fief d'Amir Khadir.

Consultante en stratégie Web et marketing Internet, elle s'attendait à ce que sa présence en ligne ressurgisse durant la campagne, mais elle reproche à certains médias nationaux de l'avoir toujours dépeinte comme «la transsexuelle colorée qui allait mettre son parti dans la marde».

Des écrits «montés en épingle»

Même si ses billets de blogue et gazouillis ont provoqué plusieurs appels à sa démission, Mme Blanc maintient être au-dessus de tout reproche.

«On s'entend que je n'ai pas volé, que je n'ai pas fait de détournement de fonds, que je n'ai pas rien fait de répréhensible ou de non éthique», insiste-t-elle.

Elle prétend que ses écrits ont été «montés en épingle» et décontextualisés.

Une organisation juive a notamment exhorté le Parti québécois à lui montrer la porte pour avoir «exprimé publiquement et avec malveillance des sentiments antisémites, racistes et préjudiciables».

La branche québécoise de B'nai Brith faisait référence à un billet de blogue publié il y a plus de 10 ans, où elle affirmait que les juifs hassidiques de son quartier faisaient naître en elle «un fort sentiment d'intolérance».

On lui a aussi reproché d'avoir écrit sur Twitter, en avril 2011 : «Merde, j'ai oublié de fêter l'anniversaire de Hitler la semaine dernière!» — du pur sarcasme, maintient-elle.

Michelle Blanc croit que B'nai Brith a été induit en erreur et reproche à l'organisation d'avoir eu «la gâchette facile» en raison de ses convictions indépendantistes.

Parmi ses autres publications ayant fait couler beaucoup d'encre figure celle qui se lisait comme suit : «Se faire chier au téléphone par un préposé de mobilité qui insiste pour m'appeler monsieur parce que ma voix est masculine. Ma réponse ta voix est africaine et je ne t'appelle pas mon petit nègre... grrr»

Michelle Blanc avait en bonne partie refusé de revenir sur ses propos durant la campagne, laissant à son chef le soin de répondre aux questions répétées des journalistes.

Maintenant qu'elle ne craint plus «faire ombre aux idées du parti», elle rejette avec véhémence toute accusation de racisme.

«Que ce soit des juifs, des chrétiens, des bouddhistes, n'importe qui, moi, je n'aime pas les extrêmes. Que ce soit l'extrême gauche, l'extrême droite, l'extrême religieuse», fait-elle valoir.

Elle salue Jean-François Lisée — qui a quitté la direction du Parti québécois après avoir lui aussi été battu dans sa circonscription par un candidat de Québec solidaire — pour avoir défendu sa «liberté de critiquer les religions».

«Il y a certaines personnes qui demandaient ma tête, soutient-elle. Il m'a donné son respect et son appui et j'ai été vraiment touchée de ça.»

Politique spectacle et sensationnalisme

À l'heure où certains analystes déplorent un manque de vision et de grands projets de société dans le paysage politique québécois, Michelle Blanc renvoie le blâme aux médias.

«Les journalistes ne parlent pas des idées. Les journalistes cherchent les conneries», dénonce-t-elle.

Les maigres 12,1 % des suffrages récoltés dans Mercier ne l'empêcheront pas de continuer à s'impliquer au sein du Parti québécois, mais elle dit ne pas avoir l'intention de briguer les suffrages à nouveau.

Dressant le bilan de sa campagne dans un billet pour le Huffington Post, elle souligne que sa défaite lui aura évité quelques «supplices», tels que se faire «vomir dessus à journée longue par les trolls et certains journalistes».

Niant être soulagée par sa défaite, elle se réjouit tout de même d'avoir retrouvé sa capacité à commenter tous les sujets comme bon lui semble. Et elle compte surveiller de près la stratégie numérique du gouvernement caquiste, insistant sur l'urgence de brancher le Québec à la fibre optique.