Le leadership de Martine Ouellet a été remis en question à maintes reprises après le départ des sept députés dissidents du Bloc québécois.

Martine Ouellet gagne son pari, mais le Bloc reste divisé

DRUMMONDVILLE — Malgré la victoire de Martine Ouellet, le Bloc québécois est sorti divisé dimanche du conseil général qui devait lui permettre d'identifier une sortie de crise. La tentative des 42 associations de circonscription pour devancer la tenue d'un vote de confiance envers la chef a échoué.

Les délégués du parti réunis dimanche à Drummondville ont retenu la proposition de la chef et du bureau national pour que ce vote ait lieu au suffrage universel les 1er et 2 juin et soit assorti d'un référendum sur la mission du Bloc québécois comme promoteur de l'indépendance du Québec. Les délégués ont également accepté le seuil de 50 % + 1 vote préconisé par Mme Ouellet.

«Je pense que c'est gagnant pour l'ensemble du parti parce que, je l'ai toujours dit, ce sont les membres au Bloc québécois qui décident et c'est ça la démocratie interne, a déclaré Mme Ouellet en mêlée de presse. On est retourné au suffrage universel des membres.»

Une proposition de neutralité de la permanence a également été rejetée si bien que le bureau national pourrait décider d'utiliser les ressources du parti pour soutenir Mme Ouellet durant la campagne référendaire qui s'amorce.

La quarantaine d'associations proposaient de hausser ce seuil à 75 %. Elles voulaient devancer le vote de confiance de deux semaines et annuler la proposition de référendum du bureau national.

«La coalition qu'on a essayé de monter avec toutes les circonscriptions, ça avait pour but de réunir les troupes, a indiqué le président de l'association de Berthier-Maskinongé, Yves Perron. Je pense que c'est plus difficile à faire ce soir que ce matin.»

Ces associations avaient l'appui du député et président du parti, Mario Beaulieu, autrefois un fidèle allié de Martine Ouellet. Leur objectif était de tourner la page sur la crise qui secoue le Bloc québécois le plus rapidement possible pour pouvoir ensuite rallier les sept députés qui ont claqué la porte du parti en février.

«Plus ça s'étire, plus ça va être difficile et la crise va se perpétuer», a réagi M. Beaulieu visiblement déçu du résultat.

Il a admis être en réflexion sur son avenir comme président et comme député du Bloc québécois. À une journaliste qui lui demandait, s'il avait envie d'aller rejoindre les sept députés dissidents, il a eu un petit rire.

«On verra, a-t-il répondu. Pour l'instant, c'est d'encaisser le coup. Les gens ont voté. Il faut accepter le résultat du vote.»

«Moi, c'est sûr que je n'ai plus confiance dans Martine Ouellet», a-t-il ajouté lorsque la question lui a été posée.

Le leadership de Martine Ouellet a été remis en question à maintes reprises après le départ des sept députés dissidents, mais celle-ci a toujours refusé de démissionner. Selon elle, la crise est plutôt attribuable à un conflit interne entre deux interprétations de la mission du Bloc québécois, soit comme promoteur de l'indépendance ou comme défenseur des intérêts du Québec.


« Je vous tends la main. Je tends la main aux démissionnaires. Je tends la main à Mario [Beaulieu] parce que c'est en additionnant que nous serons plus fort, pas en démissionnant, pas en divisant, pas en rejetant »
Martine Ouellet

Attaque et main tendue

Dans son discours de clôture dimanche, Mme Ouellet a à nouveau tendu la main à Mario Beaulieu et aux sept dissidents.

«Il y a une place au Bloc québécois pour Mario Beaulieu et je souhaite vraiment qu'il se rallie et qu'il revienne travailler avec nous parce que c'est un ami, parce que c'est un militant hors pair, parce que c'est un président passionné et parce que la République du Québec a besoin de lui», a-t-elle dit en déclenchant une salve d'applaudissements.

«Il faut vraiment qu'on puisse tourner la page le 3 juin et se remettre à travailler tous ensemble», a-t-elle poursuivi.

«Je tends donc aussi la main aux démissionnaires parce que je suis certaine qu'ils sont tous démocrates et je suis certaine qu'une fois que les membres auront décidé de l'avenir de la mission et de l'avenir de la chefferie, que ces démocrates-là se rallieront à la décision des membres du Bloc québécois.»

Son ton tranchait avec celui plus vindicatif dans son discours d'ouverture. Elle avait alors accusé les sept députés dissidents d'avoir alimenté des «fake news» à son sujet et d'être «en rupture avec la démocratie interne» du parti écorchant l'ex-chef bloquiste, Gilles Duceppe, au passage.

«Ces sept démissionnaires-là, ce qu'ils nous ont fait, ils nous ont fait tomber actuellement et nous ont fait mettre du temps sur de la régie interne plutôt que de mettre du temps à faire avancer et à faire rayonner le Bloc québécois», avait-elle dénoncé, ce qui a déclenché une salve d'applaudissements.

Les sept députés dissidents n'ont pas réagi dimanche, mais l'issue du conseil général confirme qu'ils sont plus loin du Bloc québécois qu'ils ne l'étaient auparavant, selon une source.

Les tensions étaient vives lors du début du conseil général et les journalistes pouvaient entendre des éclats de voix traverser les murs durant le débat à huis clos.

Des militants ont invectivé le député et président du parti, Mario Beaulieu, l'accusant d'être «un putschiste» et de favoriser la dictature parce qu'ils étaient en désaccord avec le choix du président d'assemblée.

Les délégués ont accepté de discuter, lors d'un autre conseil général en juin, la proposition de l'aile jeunesse du parti qui suggère de se débarrasser de l'étiquette négative qui colle au Bloc québécois pour le faire renaître sous un autre nom et ainsi tenter de rassembler l'ensemble de la grande famille souverainiste.

Les délégués ont également adopté la proposition principale du parti qui jette les bases du programme électoral pour le prochain scrutin fédéral en 2019 et qui met l'indépendance du Québec à l'avant-plan.