L’enjeu est clair, selon la députée Lisa Raitt: les électeurs devront choisir quel parti leur rendra leur vie plus abordable.

Les conservateurs restent vagues sur les coupes pour équilibrer le budget

OTTAWA — Alors qu’ils se préparent pour la reprise des travaux parlementaires lundi, les conservateurs ont les yeux rivés sur la prochaine élection fédérale.

L’enjeu est clair, selon la députée Lisa Raitt: les électeurs devront choisir quel parti leur rendra leur vie plus abordable.

«Le gars qui a passé quatre années à dépenser de grosses sommes d’argent, nous plongeant dans des déficits tout en nous taxant ou quelqu’un qui a un plan et qui comprend ce que ça signifie de respecter un budget et de vivre selon ses moyens parce que c’est ce qu’il a fait toute sa vie comme père de famille», a-t-elle dit en marge du caucus conservateur, vendredi, en faisant allusion à Justin Trudeau et Andrew Scheer.

Le déficit budgétaire pour l’exercice qui s’est terminé le 31 mars dernier a atteint 19 milliards $ sous le gouvernement libéral de Justin Trudeau, soit pratiquement le même que l’année précédente.

Mme Raitt, une ancienne ministre du gouvernement de Stephen Harper, parle de diminuer les dépenses pour équilibrer le budget fédéral, mais reste vague sur les coupes qui pourraient être effectuées dans la fonction publique.

«Lorsque nous serons élus en octobre, nous allons faire un état des lieux et, comme nous l’avons fait dans le passé, nous n’allons pas mettre en péril les services aux Canadiens.»

Elle cite le gouvernement de Doug Ford qui depuis son arrivée en Ontario multiplie les compressions, mais maintient qu’un gouvernement sous Andrew Scheer ne réduirait ni les services ni les transferts aux provinces.

«Lorsque le gouvernement ontarien a été élu récemment, ils ont réalisé que le gouvernement (précédent) dépensait 40 millions $ par jour de plus que ses revenus, a-t-elle affirmé. Et c’est ce genre d’information que vous allez recevoir lorsque nous allons former le gouvernement (fédéral) en octobre et que nous allons jeter un coup d’oeil (aux dépenses).»

La ministre du Travail, Patty Hajdu, a rappelé que les conservateurs avaient supprimé plus de 25 000 emplois dans la fonction publique sous le gouvernement conservateur de Stephen Harper.

«Les conservateurs ont confirmé aujourd’hui qu’ils allaient suivre l’exemple de Doug Ford et de Stephen Harper en demandant que soient faites des compressions draconiennes dans les services sur lesquels comptent les Canadiennes et les Canadiens», a-t-elle déclaré par communiqué.

Elle accuse les conservateurs de vouloir s’inspirer de la réduction des services aux francophones de Doug Ford et de ses coupes en éducation.

Le chef conservateur Andrew Scheer fouettera ses troupes dimanche, la veille de la reprise des travaux parlementaires. D’ici là, le caucus conservateur se poursuit derrière des portes closes.