Les élus du Parti québécois (photo) et de Québec solidaire devront vraisemblablement continuer de prêter le serment d’allégeance à la reine d’Angleterre en 2022, puisque la Coalition avenir Québec a refusé de débattre d’une motion présentée par le PQ mardi, qui proposait d’abolir ce serment d’ici l’élection d’un prochain gouvernement, dans quatre ans.

Le serment d’allégeance à la reine restera à l’Assemblée nationale

Les élus du Parti québécois (PQ) et de Québec solidaire (QS) devront vraisemblablement continuer de prêter le serment d’allégeance à la reine d’Angleterre en 2022.

Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) a refusé de débattre d’une motion présentée par le PQ mardi, qui proposait d’abolir ce serment d’ici l’élection d’un prochain gouvernement, dans quatre ans.

Le chef péquiste Pascal Bérubé proposait que le seul serment exigé de la part des élus du peuple québécois pour devenir député soit «celui prêté envers le peuple du Québec». 

Il existe à l’heure actuelle deux serments à l’Assemblée nationale : l’un prêté à la reine Élisabeth II et l’autre au peuple du Québec. Lors des cérémonies d’assermentation, en octobre, les députés de QS ont choisi de prêter serment en privé, alors que ceux du PQ l’ont modifié quelque peu, question de refléter leur conviction souverainiste.

Le leader parlementaire de la CAQ Simon Jolin-Barrette a justifié le refus de son parti en expliquant que ce n’est pas par une motion qu’une telle question peut être réglée. 

«Ça requiert une modification constitutionnelle qui est tout de même complexe, alors il [Pascal Bérubé] peut bien faire un show de boucane, mais l’aspect réaliste de ça, c’est qu’il faut s’asseoir avec les partenaires.»

M. Jolin-Barrette a par ailleurs ajouté que cette question du serment d’allégeance est loin «des préoccupations des Québécois». 

Sur Twitter, M. Bérubé a dit trouver «incroyable» que la CAQ ne veuille pas abolir ce serment. «Les “nationalistes” de cette formation politique sont attachés à la monarchie», écrit-il. 

Québec solidaire a aussi annoncé son intention de présenter un projet de loi pour abolir ce serment.