La ministre de la Santé Danielle McCann vient de lancer les travaux pour que le Commissaire à la santé, qui avait été aboli par les libéraux en 2016, retrouve ses pleins pouvoirs.

Le poste de Commissaire à la santé revivra cet été

Un nouveau Commissaire à la santé et au bien-être sera nommé d’ici le mois de juin afin de combler la chaise laissée vide par les libéraux. Son mandat original sera réactivé, soit de jeter un œil critique sur les performances du système de santé.

Le Soleil a appris que la ministre de la Santé Danielle McCann vient de lancer les travaux pour que ce poste de chien de garde, qui avait été aboli par les libéraux en 2016, retrouve ses pleins pouvoirs.

Il y a un an, alors qu’il était dans l’opposition, le premier ministre François Legault s’était engagé à redonner aux Québécois cet «œil indépendant» en santé.

Budget de 3,2 millions $

Le bureau du Commissaire (CSBE) retrouvera les moyens qu’il avait auparavant, et même un peu plus. Le gouvernement de la CAQ a l’intention de lui fournir un budget de 3,2 millions $ et une équipe d’une vingtaine d’employés.

Ce bureau, qui occupait des locaux à Sainte-Foy, prendra le pouls du système de santé et informera la population de son état. L’une des dernières études qu’il a commandées a fait des vagues il y a un an. Elle concluait que les hausses de rémunération accordées aux médecins québécois de 2006 à 2015 ne se traduisaient pas par un meilleur accès aux soins.

Dans son budget de 2016, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a coupé les vivres du CSBE, abolissant ainsi l’organisme. L’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette avait souvent critiqué les conclusions des rapports qu’il publiait, par exemple sur le temps d’attente à l’urgence et sur le mode de rémunération des médecins.

Coquille vide

C’est en toute fin de mandat, en mai 2018, que les libéraux se sont ravisés. L’ex-ministre des Finances Carlos Leitão avait retiré d’un projet de loi tous les articles qui signaient l’arrêt de mort définitif du CSBE. Depuis, l’organisme restait toutefois une coquille vide, sans employés ni budget.

Le processus de nomination du futur CSBE respectera la loi qui encadre cette institution. Un comité de sélection de 14 personnes sera formé. Il comprendra sept élus (quatre de la CAQ et trois des partis d’opposition), de même que sept personnes issues du monde de la santé, dont un médecin, une infirmière et un travailleur social.

Ce comité fournira à la ministre McCann une liste de noms de personnes qui seraient aptes à remplir cette fonction. C’est toutefois au Conseil des ministres que reviendra la décision finale entourant cette nomination. Le CSBE sera nommé pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois.

De nombreuses voix se sont élevées ces dernières années pour dénoncer la disparition de ce poste. L’automne dernier, l’Association médicale du Québec (AMQ) réclamait que le gouvernement de François Legault fasse revivre rapidement cet organisme, parce que sa neutralité et son indépendance pourraient permettre de régler la question de la rémunération des médecins. La CAQ s’est engagée à récupérer un milliard de dollars qui auraient été versés en trop aux médecins spécialistes par l’ex-gouvernement libéral.