Le gouvernement fédéral viendra au secours des médias

OTTAWA - Le gouvernement fédéral vient à la rescousse des médias d'information en proposant un crédit d'impôt pour aider les entreprises à payer leurs journalistes et un crédit d'impôt remboursable sur les frais d'abonnements à des médias numériques.

Une enveloppe de 595 millions $ sur cinq ans est prévue pour aider le secteur à proie à des difficultés majeures dans l'énoncé économique dévoilé mercredi à Ottawa par le ministre des Finances, Bill Morneau.

L'argent servira à subventionner trois nouvelles initiatives: les deux nouveaux crédits d'impôt, et la mise en place d'un incitatif fiscal pour les dons aux organisations médiatiques à but non lucratif.

La somme mise de côté pour la première année est la plus modeste du quinquennat d'appui financier gouvernemental: elle sera à hauteur de 45 millions $ en 2019-2020, alors qu'à titre comparatif, elle est chiffrée à 165 millions $ pour 2023-2024.

La façon dont le gouvernement a choisi de procéder peut soulever des questions puisque les médias sont secoués par la crise en ce moment même, et que de nombreux représentants de l'industrie et de syndicats insistent depuis des années sur l'urgence d'agir.

La réponse, c'est qu'Ottawa a encore besoin de temps pour définir les contours de son plan d'aide, a indiqué mercredi le ministre Morneau en conférence de presse avant de déposer en Chambre l'énoncé automnal qu'il a signé.

On ignore, par exemple, à quel point les crédits d'impôt seront populaires, a exposé un fonctionnaire du ministère des Finances dans le huis clos de l'énoncé économique.

Le gouvernement n'offre pas de ventilation des sommes promises, mais on s'attend à ce que la part du lion aille au crédit d'impôt sur la main-d'oeuvre, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier 2019.

Pour ce qui est du crédit d'impôt sur les abonnements aux médias d'information numériques canadiens, il sera de 15 pour cent. La date à laquelle cette mesure entrera en vigueur n'a pas encore été précisée.

Mais chose certaine, le gouvernement a ressenti le besoin d'agir, a insisté le grand argentier fédéral dans le discours qu'il a livré à la Chambre des communes.

Cela s'imposait afin de «protéger le rôle essentiel des médias d'information indépendants dans notre démocratie et dans notre communauté», a-t-il déclaré.

Au cours des derniers jours, lorsque les informations entourant ce coup de pouce financier avaient commencé à circuler, les conservateurs avaient accusé les libéraux de vouloir acheter les journalistes et piper ainsi les dés en vue de la prochaine élection.

La charge est venue d'un ancien journaliste, Peter Kent.

Invité à réagir à cette salve de l'opposition, Bill Morneau a plaidé en conférence de presse que dans le passé, tant les libéraux que les conservateurs avaient fait l'objet de couvertures médiatiques défavorables.

Plateforme numérique francophone

L'énoncé économique confirme par ailleurs le financement d'une mesure confirmée en octobre au Sommet de la Francophonie d'Erevan, soit la participation à la création d'une plateforme numérique francophone réunissant des diffuseurs publics membres de TV5MONDE.

Le gouvernement propose d'investir dans ce projet 14,6 millions $ sur cinq ans dès 2019-2020, «afin de mettre en valeur la culture francophone et de protéger sa place dans le monde numérique», est-il écrit dans l'énoncé dévoilé mercredi.