«La rencontre va être annulée», a annoncé le premier ministre François Legault, en point de presse vendredi après-midi. Mais la situation épidémiologique spécifique de la capitale n’est pas en cause, assure-t-il.
«La rencontre va être annulée», a annoncé le premier ministre François Legault, en point de presse vendredi après-midi. Mais la situation épidémiologique spécifique de la capitale n’est pas en cause, assure-t-il.

Le Conseil de la fédération prévu à Québec annulé

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
«La marmite bout!» prévient le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Surtout dans une région comme Québec, qui compte plus d’un nouveau cas de COVID sur cinq dépistés dans la province au cours des cinq derniers jours. M. Dubé assure qu’il n’est pas encore question de passer en zone orange. Mais le Conseil de la fédération censé réunir les premiers ministres des provinces dans deux semaines au Château Frontenac a été annulé.

«La rencontre va être annulée», a annoncé le premier ministre François Legault, en point de presse vendredi après-midi. Mais la situation épidémiologique spécifique de la capitale n’est pas en cause, assure-t-il.

D’abord prévu à la fin juillet, le rendez-vous des dirigeants des 10 provinces et trois territoires canadiens avait déjà été reporté une première fois. La réunion prévue les 24 et 25 septembre n’aura donc pas lieu sur place. Une conférence par vidéoconférence remplacera le tout.

«L’idéal serait de reporter. Mais la principale raison, ce sont les règles des provinces maritimes et des territoires. Par exemple, pour les quatre provinces maritimes, les premiers ministres étaient venus au Québec, ils auraient dû s’isoler durant 14 jours à leur retour chez eux, a expliqué M. Legault.

«Il y avait une volonté de la part de l’Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan, de l’Alberta... Ils étaient prêts à venir. Mais ce ne serait pas correct de faire une rencontre des premiers ministres sans certains premiers ministres. Alors on a décidé d’annuler la conférence en personne.»

21 % des nouveaux cas

Reste qu’avec 42 nouveaux cas de COVID-19 annoncés vendredi, la Capitale-Nationale en recense 200 en cinq jours. Soit 21 % des nouveaux cas pour 9 % de la population. À titre de comparaison, pour la même période, Mont­réal était à 238, c’est-à-dire 25 % des 966 nouveaux cas dépistés de dimanche à jeudi pour 24 % de la population.

Mais pas de là à passer en alerte modérée, le niveau orange, troisième palier sur quatre du système d’alerte régional dévoilé par M. Dubé mardi. Québec fait quand même déjà partie des quatre régions en jaune, soit en préalerte, alors que les 14 autres restent en vert, vigilance.

«Lorsqu’on a une éclosion, ce n’est pas le lendemain qu’on a les effets, mais on l’a sur 14 jours», a indiqué le ministre Dubé. «On m’a accusé de ne pas aimer le karaoké. Mais on a vu le fameux cas de karaoké à Québec, au bar Le Kirouac, qui est monté à plus de 90 cas. Au début, on avait peine à croire qu’il y avait 20 cas qui venaient du karaoké, il y a une semaine, 10 jours, et là, on parle de plus de 90 cas!

«La question pour Québec était liée à plusieurs éclosions qui ont eu un effet sur plusieurs jours. Je pense que Québec va se sortir de cette zone [jaune], comme toutes les autres régions peuvent s’en sortir. Québec n’est pas différente. Il faut que les gens soient prudents et suivent les conseils sanitaires», résume le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec.

50 par million en orange 

Le plafond de 20 nouveaux cas par jour par million d’habitants a été dépassé sur l’ensemble de la province pour la semaine, ce qui fait 170 cas par jour.

M. Dubé ajoute que la barre des 50 nouveaux cas par jour par million d’habitants constituerait le seuil pour passer du jaune au orange.

Il précise que le nombre de cas ne constitue que l’un des ­critères-clés de son système d’alerte. Le premier ministre ajoute que plus l’on dépiste, comme en ce moment, plus on a de cas.

Est-ce à dire que la courbe n’est plus aplatie? «Elle est encore aplatie, mais le chaudron bout un peu. Le couvercle bouge», illustre-t-il.