La coordonnatrice de l’organisme COMSEP, Sylvie Tardif, a profité de la visite du ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, (au centre) et des députés Pierre Michel Auger et Jean-Denis Girard pour leur faire visiter les locaux de son organisme.

L’alphabétisation, une priorité pour le ministre Proulx

TROIS-RIVIÈRES — Le ministre de l’Éducation du Loisir et du Sport, Sébastien Proulx, répète que l’alphabétisation constitue une de ses priorités et qu’il continuera à faire tout ce qui est en son pouvoir pour aider les intervenants qui s’y consacrent, notamment ceux de l’organisation trifluvienne COMSEP, dans l’éventualité où le Parti libéral est reconduit au pouvoir.

De passage à Trois-Rivières au cours de la journée de jeudi afin de porter main-forte aux députés libéraux sortants des circonscriptions de Champlain et de Trois-Rivières, Pierre Michel Auger et Jean-Denis Girard, le ministre en a profité pour rendre visite aux membres de l’équipe de COMSEP et s’entretenir avec ses coordonnatrices, Marie-Josée et Sylvie Tardif.

Très sensible à l’alphabétisation, il martèle qu’il faut continuer à mettre en place des ressources afin d’appuyer les efforts qui sont faits en la matière, autant dans le réseau public d’éducation que dans le milieu communautaire.

«Pour moi, c’est la base dans une société. Quand les adultes et les jeunes savent lire et écrire, ils ont une multitude de possibilités. La littératie, c’est la liberté», a déclaré le politicien qui était en terre connue en sol trifluvien, lui qui y a vécu pendant son enfance et son adolescence en plus d’avoir représenté la circonscription de Trois-Rivières sous la bannière adéquiste entre 2007 et 2008.

Les propos du ministre sont de la musique aux oreilles de la coordonnatrice de COMSEP, Sylvie Tardif. Bien qu’elle reconnaisse que les mesures d’austérité qui ont été adoptées par le gouvernement libéral dirigé par Philippe Couillard dans les deux premières années de son mandat ont fait très mal à son organisme – mesures qu’elle n’avait d’ailleurs pas hésité à critiquer à l’époque –, elle salue tout de même l’ouverture d’esprit et l’écoute du ministre Proulx relativement aux besoins des organismes communautaires œuvrant en alphabétisation.

«Il a été comme une bouée de sauvetage pour nous quand il est arrivé en poste [en 2016]. Le mot ‘‘alphabétisation’’ était toujours dans sa bouche. Il a débloqué neuf millions de dollars. On n’a pas tout retrouvé, mais ç’a fait [une différence]. Il est le meilleur ministre de l’Éducation qu’on a eu depuis la création de COMSEP», a confié Mme Tardif après le départ du ministre qui devait se rendre à Montréal afin de participer à une émission de télévision en fin de journée.

De bons députés
Campagne électorale oblige, le ministre a également tenu à souligner le travail des députés Auger et Girard ainsi que de leurs collègues libéraux des autres circonscriptions de la région. À la lumière de ce qu’il a constaté sur le terrain au cours de sa visite, il se dit confiant que la population leur fera confiance à nouveau.

«J’ai senti des gens de bonne humeur, confiants, reconnaissants du travail des collègues et de notre gouvernement ainsi que des gens qui trouvent que les choses vont bien en Mauricie», a-t-il fait remarquer.