En conférence de presse, M. Bérubé a dit vouloir faire une suggestion qui va dans le sens de la collaboration offerte par le gouvernement de François Legault.

Laïcité: le PQ demande à Legault de convoquer tous les chefs de parti

SAINTE-AGATHE-DES-MONTS, Qc — Le Parti québécois (PQ) tend la main au gouvernement caquiste pour résoudre le débat sur la laïcité.

Il suggère au premier ministre François Legault de convoquer les chefs de toutes les formations politiques représentées à l’Assemblée nationale au début de la prochaine session parlementaire en février afin d’en discuter.

La proposition a été lancée jeudi par le chef intérimaire péquiste Pascal Bérubé, à l’issue d’une réunion de deux jours des élus du PQ à Sainte-Agathe-des-Monts, en vue de préparer les travaux parlementaires.

En conférence de presse, M. Bérubé a dit vouloir faire une suggestion qui va dans le sens de la collaboration offerte par le gouvernement de François Legault.

La Coalition avenir Québec (CAQ) s’est engagée à déposer un projet de loi sur la laïcité, pour interdire notamment aux représentants de l’État en position d’autorité de porter des signes religieux.

Or le débat sur la laïcité perdure depuis plus de 10 ans maintenant et tous les gouvernements qui ont tenté de le solutionner se sont cassé les dents, que ce soit les libéraux ou les péquistes.

Chacun des partis a maintenant des positions bien campées et il risque d’être difficile de rallier le Parti libéral, ainsi que Québec solidaire, à la solution caquiste.

Le chef intérimaire péquiste demande des «avancées» de leur part et plaide pour un appui le plus large possible, se présentant ainsi comme une opposition qui collabore avec le gouvernement.

«On serait encore plus fort si on avait un consensus de toute l’Assemblée nationale. (...) Si le premier ministre a envie de convoquer l’ensemble des chefs parlementaires en début de session pour en discuter, cela me fera plaisir de me rendre disponible.»

M. Bérubé a rappelé qu’il a un atout, advenant une telle rencontre, car la position de son parti ressemble à celle de la CAQ.

Le Parti québécois prône une position conforme au rapport Bouchard-Taylor, soit l’interdiction des signes religieux pour les personnes en position d’autorité, mais étendue aux éducateurs en garderie et CPE, et aux enseignants des niveaux préscolaire, primaire et secondaire.

Toutefois, le PQ entend défendre un droit acquis pour les employés de l’État déjà en poste et la position de la CAQ n’est pas encore parfaitement limpide sur cet aspect. M. Bérubé attend de voir le texte législatif qui sera déposé.

«On a une volonté de régler (cet enjeu) pour que ce soit concret, applicable», a-t-il conclu.