En 2017, le Québec a accueilli environ 50 % des migrants irréguliers qui sont arrivés au Canada. Et ceux-ci recommencent à affluer en grand nombre au chemin Roxham, en Montérégie.

La CAQ veut rediriger les migrants dans d'autres provinces

Les partis politiques ne s’entendent pas sur le moyen à prendre pour réduire l’afflux de migrants irréguliers au Québec. L’idée des caquistes de rediriger les migrants vers d’autres provinces a été rejetée mardi par les libéraux et les péquistes.

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) François Legault croit que le fardeau de l’accueil des demandeurs d’asile devrait être mieux réparti entre les provinces. Comme le Québec représente 23% de la population canadienne, il ne devrait pas accueillir plus de 23% des migrants irréguliers qui arrivent au Canada. En 2017, le Québec en a accueilli environ 50%, et ceux-ci recommencent à affluer en grand nombre au chemin Roxham, en Montérégie.

La CAQ n’explique pas en détails la façon dont cette redistribution des migrants pourrait se faire, mais elle fait valoir que des migrants ont déjà été déplacés en autobus l’an dernier. «Ça s’est fait l’année dernière, on a envoyé des gens à Cornwall en Ontario», lance la députée Nathalie Roy.  

M. Couillard salue le «progrès» de M. Legault sur cette question, était donné qu’il reconnaît maintenant que le Québec a des obligations humanitaires envers ces migrants. «Le collègue se rapproche à une vitesse presque supersonique de notre position.» Il croit toutefois que «sa solution n’est pas assez travaillée». La prise en charge de 23% des demandeurs d’asile est d’ailleurs «un nombre assez élevé», selon M. Couillard, qui préfère la position libérale rendue publique la veille, soit de dire au fédéral que le Québec arrive à la limite de sa capacité d’accueil. 

«À partir du moment où on dit que c’est entièrement de juridiction fédérale, ce n’est pas nous qui va leur dire comment faire la répartition dans le pays», croit M. Couillard. 

M. Legault soutient pour sa part que c’est M. Couillard qui a enfin «vu la lumière» en demandant au fédéral d’agir dans ce dossier. Au lieu de «démoniser» la CAQ, les libéraux auraient dû admettre plus tôt «que ça déborde aux frontières, que nous n’avons pas la capacité d’accueil», soulève Mme Roy. 

«Les libéraux se réveillent!»

«Enfin, les libéraux se réveillent!» réagit quant à lui le chef du Parti québécois (PQ), Jean-François Lisée. Il évalue que les libéraux «ont montré pour la première fois un peu de colonne vertébrale» lundi. Le PQ est d’avis que le Canada doit payer la totalité des frais associés à l’arrivée de migrants irréguliers.

M. Lisée plaide lui aussi pour que l’Assemblée nationale soit unie dans ce débat et dise au gouvernement canadien: «Ça suffit». Son parti n’a toutefois pas dit oui à la solution caquiste. «Encore une fois, la CAQ nous fait la démonstration de son amateurisme en présentant une motion tout à fait simpliste», soutient la députée Catherine Fournier. 

Selon elle, le nœud du problème réside dans le fait que les migrants se déplacent de partout aux États-Unis pour traverser la frontière au chemin Roxham, parce que c’est «le chemin qui est le plus sécuritaire et c’est le chemin qui est le mieux organisé.» Le PQ croit, comme l’été dernier, que la solution est de suspendre l’entente des tiers pays sûrs, signée entre le Canada et les États-Unis. Sans cette entente, les migrants pourraient faire leur demande d’asile aux postes frontières réguliers, et leur arrivée se ferait de façon un peu plus proportionnelle dans toutes les provinces canadiennes, explique Mme Fournier.