Jean-Denis Girard brigue un second mandat à titre de député de Trois-Rivières.

Jean-Denis Girard brigue un deuxième mandat

TROIS-RIVIÈRES — Élu pour la première fois en 2014 comme député libéral de Trois-Rivières, Jean-Denis Girard briguera un second mandat.

L’assemblée d’investiture du député sortant de Trois-Rivières s’est déroulée jeudi soir devant près de 150 personnes réunies dans le foyer de l’Amphithéâtre Cogeco. Se disant fier de ses réalisations lors de son premier mandat, Jean-Denis Girard souhaite poursuivre son engagement politique. 

«Je suis prêt à faire la bataille. Dans Trois-Rivières, nous avons un bon bilan et de bons résultats. Trois-Rivières va bien que ce soit au niveau culturel, économique, de l’éducation et de la santé», a déclaré le député sortant de Trois-Rivières lors d’une mêlée de presse quelques minutes avant son discours d’investiture. «Je veux continuer d’aider la population de Trois-Rivières.»

L’agrandissement du centre hospitalier de Trois-Rivières de même que l’ouverture de la super-clinique font partie des grandes réalisations du gouvernement libéral, estime Jean-Denis Girard. 

Le député libéral sortant n’a toutefois pas voulu aborder les enjeux de sa prochaine plate-forme électorale. Il soutient qu’il abordera ces enjeux lors de la campagne électorale. «Je ne parlerais pas aujourd’hui des projets sur lesquels nous travaillons. On ne connaît pas encore tous nos opposants, notamment au niveau du Parti québécois. Pour l’instant, je ne veux pas dévoiler ces projets», a-t-il affirmé. 

Ne voulant pas divulguer les enjeux qui lui sont chers en vue des prochaines élections, Jean-Denis Girard a martelé qu’il invite la population à s’inspirer de son bilan d’abord comme ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régionale puis comme député de Trois-Rivières. «J’invite les gens à regarder le bilan. Où est Trois-Rivières après quatre ans ? J’ai encore la même ardeur et la fougue. Je veux continuer à travailler pour les gens de Trois-Rivières. Je suis un gars de terrain et dynamique.»

À l’exception du Parti québécois (PQ), les principaux partis politiques ont nommé leur candidat pour la circonscription de Trois-Rivières. Jean-Denis Girard devra donc affronter Me Jean Boulet, le frère de Julie Boulet qui se présente pour la Coalition avenir Québec (CAQ), Valérie Delage pour Québec solidaire (QS) et Adis Simidzija pour le Parti vert (PV). Le Parti québécois pourrait présenter l’ancienne conseillère municipale Marie-Claude Camirand ou encore Nicole Philippe, une travailleuse sociale qui a œuvré durant 25 ans pour la DPJ. 

Questionné au sujet du candidat de la CAQ, Jean-Denis Girard a souligné que chaque candidat devra défendre ses idées auprès de la population. «Nous aurons à défendre chacun des projets que nous avons pour Trois-Rivières. Je suis prêt à affronter tous les candidats. Et que le meilleur gagne le 1er octobre», a-t-il indiqué. «Nous allons travailler extrêmement fort lors de la prochaine campagne électorale.»

De plus, la vague de départs de ténors du Parti libéral du Québec n’inquiète pas Jean-Denis Girard. «La campagne n’est pas commencée et il y a des annonces de candidats à venir. Nous avions la meilleure équipe en 2014 et je suis convaincu que nous aurons encore la meilleure en 2018. Nous aurons d’excellents candidats à annoncer», a-t-il répondu.

Parmi les politiciens d’expérience qui quittent le Parti libéral, il y a la députée de Laviolette, Julie Boulet. La sœur du candidat de la CAQ dans Trois-Rivières s’est d’ailleurs rendue à l’investiture pour appuyer son collègue. Même si la ministre du Tourisme et responsable de la région a déjà annoncé qu’elle quittait la vie politique, Julie Boulet tenait à lui donner son soutien. Elle avoue vouloir demeurer dans la famille libérale. 

«Jean-Denis Girard a été présent auprès de ses citoyens et des entreprises. Il a su bien défendre ses dossiers. On n’a rien à lui reprocher», a-t-elle confié quelques minutes après son arrivée à l’assemblée d’investiture. 

D’ailleurs, Jean-Denis Girard affirme qu’il a les coudées franches au sein de son association de circonscription. Rappelons qu’il y a quelques semaines, Le Nouvelliste rapportait que certains membres de l’association libérale de Trois-Rivières souhaitaient
se présenter contre le député sortant. «Je n’ai aucun doute par rapport à mon équipe et la population qui sont derrière moi», estime le député.