De par cette annonce, le gouvernement Couillard investit selon elle «pour l’avenir» du Québec, souhaitant permettre aux étudiantes et aux étudiants d'accéder à une meilleure formation et des équipements de pointe.

Hélène David annonce 202M$ pour le collégial

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Condition féminine, Hélène David, annonce lundi un investissement gouvernemental de 202M $ pour revitaliser les établissements d'enseignement collégial au Québec. Ce soutien financier prévoit, entre autres, de stimuler le développement informatique des cégeps.

La région du Bas-Saint-Laurent est d'autant plus concernée par ces annonces, avec une part de 16M $ qui lui est directement attribuée. Le Cégep de Rivière-du-Loup touche ainsi une aide de 2,6M $ pour rénover ses infrastructures et les rendre plus modernes.

Le Cégep de Rimouski reçoit pour sa part 7,9M $, tandis que celui de La Pocatière se voit offrir 3M$. Matane, enfin, devra se contenter d'un investissement de 2,3M $. 

Une enveloppe budgétaire financière globale de 17,8M $ sera toutefois mise à la disposition de tous les cégeps, prévient le ministère de l'Enseignement supérieur. Elle sera dédiée aux travaux d'entretien à même les bâtiments et à l'accroissement de la sécurité en résidences et sur les campus.

Du montant total, près de 185M $ s'inscrivent dans le Plan québécois des infrastructures 2017-2017, dévoilé il y a quelques mois. 

Pour l'avenir

«Le maintien des actifs et la qualité des infrastructures des établissements d’enseignement collégial sont des éléments importants d’un réseau prospère et en santé», a réagi ce matin la ministre Hélène David.

De par cette annonce, le gouvernement Couillard investit selon elle «pour l’avenir» du Québec, souhaitant permettre aux étudiantes et aux étudiants d'accéder à une meilleure formation et des équipements de pointe.

«Ça favorise ainsi le développement d’une main-d’oeuvre nombreuse et compétente, et ce, dans toutes les régions du Québec», ajoute la politicienne.

Pôle régional 

L'État dévoile du même coup un investissement budgétaire additionnel d'un demi-million de dollars. Ce fonds permettra notamment le développement d'un pôle régional en enseignement supérieur dans le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. 

«Le gouvernement du Québec appuie cette initiative, parce qu’il croit que la mise en commun des ressources permettra de faire croître les effectifs», avance le ministre délégué aux Affaires maritimes et ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent, Jean D’Amour.

Ce dernier affirme avoir très bon espoir que cette mesure favorisera progressivement «l’enracinement» des étudiants en régions et les encourageront à poursuivre leurs études «vers le niveau universitaire» ensuite. 

L'objectif principal serait d'établir une stratégie de recrutement concertée, entre les cégeps et les universités de ces régions, afin d'offrir des vraies opportunités de continuités dans son secteur natal. 

«En attirant davantage d’étudiants, le pôle deviendra un véritable levier de croissance et d’emplois pour l’Est-du-Québec. Or, pour se faire, ça prend une collaboration continue entre les établissements d’enseignement supérieur et tous les acteurs socioéconomiques du milieu», conclut-on.