On reconnaît le ministre des Transports, Marc Garneau, le nouveau ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, et le maire Yves Lévesque.

François-Philippe Champagne, l'étoile de Marc Garneau

«On a tous appris la bonne nouvelle quand il a été nommé. C'est une personne dynamique qui représente extrêmement bien cette région. J'ai hâte de continuer à travailler avec lui. Il a impressionné énormément les membres du caucus comme secrétaire parlementaire aux Finances. C'est une étoile».
Voilà comment l'ancien astronaute Marc Garneau a qualifié l'entrée au cabinet de François-Philippe Champagne. Vendredi, le ministre fédéral des Transports était l'invité de la Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières. À peu de jours d'avis, l'organisme aura tout de même réussi à attirer 135 personnes au dîner organisé au Delta Marriott.
«C'est important pour moi de prendre le temps de souligner une nouvelle qui m'a rendu particulièrement heureux et fier au début de la semaine, je parle bien sûr de la nomination d'un gars de chez nous qui a accédé au cabinet du gouvernement Trudeau. Joignez-vous à moi pour féliciter chaleureusement le nouveau ministre du Commerce international», a lancé d'entrée de jeu le président de la Chambre, Pierre Mercier, provoquant du même coup une ovation.
Celui-ci s'est dit «très enthousiaste» à l'idée de poursuivre la collaboration déjà entamée avec le député fédéral de Saint-Maurice-Champlain depuis son élection. «Chaque fois que le besoin s'est fait ressentir, et ce, peu importe le dossier, vous, ainsi que les gens de votre équipe, avez toujours démontré une grande écoute et une capacité d'agir qui nous réjouit», a ajouté M. Mercier.
Appelé à présenter son collègue à titre de conférencier, M. Champagne disait se sentir comme dans une «réunion de famille» pour sa première sortie publique depuis sa nomination survenue 72 heures auparavant. «Quel plaisir d'être ensemble. Je vous remercie pour votre accueil chaleureux. C'est une grande joie d'être parmi vous, après avoir vécu une semaine forte en émotions. Il s'agit du premier événement public auquel je participe depuis que le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, m'a accordé sa confiance en me nommant ministre du Commerce international», a-t-il indiqué.
«Tout comme je le fais comme député pour les gens de notre belle région, j'accomplirai aussi la responsabilité de ministre avec enthousiasme. Dorénavant, je combinerai mes actions pour faire aussi la promotion du Canada et de ses entreprises, en ayant toujours en tête les gens de la Mauricie, nos différents défis, mais aussi notre dynamisme et notre potentiel», renchérit M. Champagne.
Le nouveau ministre s'est dit touché par la présence de son voisin de banquette à la Chambre des communes. «Merci de m'avoir demandé d'annoncer en ton nom, l'été dernier, un investissement de 16 millions de dollars pour l'expansion du port de Trois-Rivières. Merci aussi d'avoir accepté, sans hésiter, mon invitation à venir nous rencontrer et voir en personne ce qui se passe dans notre beau pays», lui a-t-il dit.
Assis juste derrière lui au Parlement canadien, M. Champagne lui avait demandé de venir dans sa région «bien avant ma nomination». «C'est une chance unique d'avoir un ministre des Transports pour la journée à Trois-Rivières», a-t-il souligné avant que la ministre Julie Boulet lui fasse préciser amicalement «au fédéral».
Transports 2030
Le ministre Garneau a profité de la tribune qui lui était offerte pour parler de son plan stratégique pour l'avenir des transports au Canada, Transports 2030.
«En somme, nous visons un réseau de transport sécuritaire, sûr, innovateur et intégré qui favorise le commerce, un environnement sain et la croissance économique. Notre plan repose sur cinq piliers: améliorer l'expérience du voyageur; renforcer la sécurité et la sûreté; rendre les transports plus écologiques et favoriser l'innovation; protéger nos voies navigables et nos côtes; et finalement, accroître l'efficacité de nos corridors de commerce en investissant dans l'infrastructure», a-t-il énuméré.
Par rapport au premier point, il entend fixer des cibles en matière de temps d'attente aux contrôles de sûreté pour que les aéroports canadiens suivent le rythme des grandes plaques tournantes ailleurs dans le monde. «Nous utiliserons de nouvelles technologies tout en améliorant la qualité du contrôle», a fait savoir le député de Notre-Dame-de-Grâce-Westmount.
Concernant le second élément de son plan, soit la sécurité des transports, M. Garneau n'a pas manqué d'évoquer le déraillement tragique survenu en 2013 à Lac-Mégantic qui est venu rappeler l'obligation de prudence quand il s'agit de transport de marchandises dangereuses.
«Le gouvernement du Canada a déjà pris de nombreuses mesures pour rendre le réseau et le transport ferroviaire des marchandises dangereuses plus sécuritaires. Mais il reste encore à faire. Vu l'importance de la sécurité ferroviaire, j'ai demandé que l'on devance l'examen obligatoire de la Loi sur la sécurité ferroviaire pour qu'elle commence dès le début de cette année, ce qui nous permettra de renforcer encore plus la sécurité ferroviaire au Canada», a-t-il annoncé.
Son gouvernement exigera donc que les compagnies de chemin de fer installent des enregistreurs audio-vidéo dans les locomotives. Les précieux renseignements qui seront recueillis pourront servir, dit-il, à prévenir des accidents.
Dans un autre ordre d'idées, des mesures ont été prises pour renforcer la Loi sur la sécurité automobile. On pourra désormais obliger un constructeur à rappeler et à réparer un véhicule défectueux sans aucuns frais pour le propriétaire.
«Mon ministère voit également à ce que les drones, ou véhicules aériens non habités, soient encadrés par une réglementation simple, claire et exécutoire pour prévenir les accidents», a également signalé M. Garneau.
Si le secteur des transports produit près du quart de toutes les émissions de gaz à effet de serre au Canada, et plus de 80 pour cent de ces émissions proviennent des voitures et des camions, «l'innovation est la clé pour atteindre nos objectifs en matière d'environnement», croit le ministre.
«Et conformément à nos engagements en environnement, nous ferons plus d'efforts aussi pour protéger nos voies navigables et nos côtes, y compris le fleuve», a-t-il conclu, parlant du Plan de protection des océans.