Rachael Harder soulève que les visions libérales et conservatrices du féminisme diffèrent aussi en raison de leurs positions plus larges, ce qui se résume selon elle à l’opposition entre l’égalité des chances et l’égalité des résultats.

Des conservatrices critiquent l’approche féministe de Trudeau

OTTAWA - Rachael Harder l’a pris comme une insulte. «Les femmes et les filles de partout à travers ce pays ont vu leur premier ministre se lever et dire: «En tant que premier ministre du Canada, c’est à moi de décider si vos valeurs sont bonnes ou pas»», a lancé la députée conservatrice de Lethbridge.

«Qu’est-ce qui l’empêche de dire la même chose à n’importe quelle femme présente dans cette salle?», a-t-elle poursuivi, devant des conservatrices de la région d’Ottawa rassemblées dans un pub surplombant la rivière Rideau, en avril.

Rachael Harder faisait référence au moment, l’automne dernier, où des libéraux ont décidé de bloquer sa nomination comme présidente du comité de la Chambre des communes sur la condition féminine en raison de son opinion sur l’avortement.

Le premier ministre Justin Trudeau avait appuyé cette décision, déclarant que le comité devait être dirigé par quelqu’un qui défendait les droits des femmes de manière non équivoque.

«Voilà un premier ministre qui prétend être un premier ministre féministe», a souligné l’élue albertaine, qui est la porte-parole du Parti conservateur en matière de condition féminine. «Pourtant, il a montré peu ou pas de respect envers les choix personnels ou les libertés individuelles des femmes.»

Justin Trudeau a fait de la lutte pour l’égalité des genres une priorité de son gouvernement.

Un budget fédéral soucieux de son impact sur les femmes. Une politique d’aide internationale féministe. La proposition d’un chapitre féministe pour l’Accord de libre-échange nord-américain. Un conseil consultatif sur l’égalité des sexes pour le G7, avec nulle autre que la lauréate du prix Nobel de la paix Malala Yousafzai. Et bien sûr, la réplique «parce qu’on est en 2015» aux questions des journalistes sur son cabinet paritaire.

Le gouvernement libéral s’est étiqueté comme résolument féministe. Mais quelle place laisse-t-il à une femme conservatrice qui se considère féministe?

Sabrina Sotiriu, qui a assisté au discours de Mme Harder, se dit frustrée, mais quand même impressionnée.

«Je déteste ça, mais je pense que ça marche très bien», a-t-elle admis en riant.

La jeune femme de 31 ans, qui travaille pour le Parti conservateur du Canada, explique que les libéraux ont réussi à définir le féminisme dans leurs propres termes, de sorte que toute personne en désaccord avec leur approche se voit qualifier d’antiféministe.

Rachel Curran, la directrice des politiques sous l’ex-premier ministre Stephen Harper, affirme qu’en tant que féministe de longue date, elle aimait bien l’engagement de Justin Trudeau envers la défense des droits des femmes lorsqu’il est arrivé au pouvoir.

Maintenant, elle se désole que les libéraux utilisent le féminisme comme arme politique.

«Ils ont transformé les enjeux de genre en une espèce de pomme de discorde ou en un enjeu identitaire, qui monte les femmes ayant un certain ensemble de croyances ou une certaine manière d’approcher les enjeux féministes contre ce que le gouvernement voit comme la vraie version ou la version correcte du féminisme», expose-t-elle.

La controverse entourant Emplois d’été Canada en est vue comme un exemple.

Ottawa exige maintenant que les organisations sollicitant des subventions fédérales pour embaucher des étudiants durant l’été attestent qu’elles respectent les droits de la personne, dont les droits sexuels et reproductifs comme l’avortement.

Plusieurs organisations confessionnelles disent avoir eu à choisir entre leurs valeurs et de précieuses subventions qui leur permettaient de mener à bien des programmes sans le moindre rapport à l’avortement.

Rachael Harder soulève que les visions libérales et conservatrices du féminisme diffèrent aussi en raison de leurs positions plus larges, ce qui se résume selon elle à l’opposition entre l’égalité des chances et l’égalité des résultats.

Pour appuyer son idée, elle évoque le plus récent budget fédéral, où une enveloppe de 19,9 millions $ sur cinq ans a été allouée pour encourager les femmes à suivre des formations dans des métiers spécialisés, à forte prédominance masculine.

«Devrions-nous nous assurer que toutes les barrières tombent et que les femmes aient l’opportunité d’entrer dans ces secteurs? Oui, absolument. Mais devrions-nous manipuler la société de sorte qu’il y ait 50 pour cent de femmes et 50 pour cent d’hommes dans chaque secteur?» lance Rachael Harder, en accusant faussement les libéraux d’imposer des quotas dans les métiers spécialisés.

«Ça ne respecte pas le choix de la femme. Ça ne respecte pas sa liberté. Ça ne respecte pas ses intérêts et ses objectifs dans sa propre vie.»

Elle dédaigne aussi l’idée que - même si la marée montante soulevait effectivement tous les bateaux, comme l’affirment les conservateurs - certaines femmes aient néanmoins besoin d’un coup de main pour sortir la tête de l’eau.

«C’est la chose la plus patriarcale que j’aie jamais entendue», s’est-elle indignée.