Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel

Bonnardel protégera l’industrie du transport adapté

EXCLUSIF / Le ministre des Transports François Bonnardel se rend aux arguments des personnes à mobilité réduite et modifiera le projet de loi 17 afin de protéger l’industrie du transport adapté.

La déréglementation de l’industrie du taxi proposée par la Coalition avenir Québec (CAQ) faisait craindre aux regroupements de personnes handicapées un énorme recul quant à leur droit d’obtenir des services de transport adapté sécuritaires et fiables. 

Le Soleil a obtenu les grandes lignes des amendements au projet de loi 17 que la CAQ souhaite faire adopter au cours des prochains jours. Il s’agit dans la plupart des cas de conserver des protections qui existent déjà dans la loi actuelle, mais qui avaient été évacuées dans le projet de loi 17 du ministre Bonnardel. 

Par exemple, la formation de base de tous les chauffeurs de transport rémunéré au Québec devra prévoir le sujet du transport des personnes handicapées. Le ministre souhaite également ajouter une formation avancée obligatoire pour les chauffeurs qui conduisent des automobiles adaptées et qui font de ce type de transport leur spécialité. 

L’industrie du taxi a réclamé au cours des derniers mois de pouvoir être la seule à conclure des contrats de transport adapté avec des municipalités ou des sociétés de transport, ce que le ministre est prêt à lui accorder. Ce type de contrat sera réservé à l’industrie du taxi et la redevance temporaire de 90 ¢ ne s’appliquera pas à ces contrats. Cette redevance qui sera appliquée à toutes les autres courses au Québec durant quelques années servira à dédommager les chauffeurs de taxi pour la perte de valeur de leurs permis. 

Le gouvernement de la CAQ ne veut toutefois pas que les autres joueurs, comme Uber, délaissent complètement les services de transport adapté. C’est pourquoi le projet de loi prévoira une norme visant à assurer la disponibilité des services de transport par automobile adaptée privée, dans un délai raisonnable, peu importe la façon dont la course est commandée. 

Cette ouverture à mieux protéger le transport adapté était perceptible lors du début de l’étude du projet de loi mardi. Le principe visant à favoriser l’accès des personnes handicapées au transport rémunéré par automobile a été inclus, de même que la définition d’automobile adaptée, qui comprend un aménagement permettant l’accueil d’au moins un fauteuil roulant.