Selon le ministre François Blais, la proposition du député Harold Lebel, si elle devenait réalité, inciterait moins de prestataires à joindre le marché du travail et l’aide sociale pourrait même devenir trop attractive.

Aide sociale chez les familles monoparentales: le ministre Blais recule

Le ministre François Blais n’est plus aussi certain que la semaine dernière de corriger l’«injustice» concernant les familles monoparentales bénéficiant du programme d’aide sociale. Ni d’ici les «prochaines semaines» ni à aucun autre moment.

Lui et son gouvernement ont rejeté, mardi, une résolution présentée par le député péquiste Harold Lebel demandant que «le Québec agisse avec diligence et équité afin que les pensions alimentaires pour enfants cessent d’être traitées comme un revenu pour le parent créancier dans le calcul des prestations d’aide sociale, ainsi que d’admissibilité à l’aide juridique, à l’aide financière aux études et au soutien au logement».

Outre le Parti québécois, la motion a été appuyée par la Coalition avenir Québec et Québec solidaire.

Le libellé du texte est semblable à celui qu’avaient approuvé tous les élus de l’Assemblée nationale en 2012, y compris les libéraux. Tous avaient unanimement dénoncé une «injustice».

La semaine dernière, le ministre François Blais avait assuré que son gouvernement aurait une «proposition à faire» incessamment. «On pourrait faire un peu mieux les choses au cours des prochaines semaines.»

«On essaie de voir comment on pourrait à la fois en arriver à une exemption et continuer à mobiliser vers l’emploi les jeunes femmes qui sont à l’aide sociale», avait précisé le titulaire de l’Emploi et de la Solidarité sociale.

Adoption du revenu de base

La porte paraît aujourd’hui plus fermée qu’il y a quelques jours. Selon M. Blais, la proposition du député Lebel, si elle devenait réalité, inciterait moins de prestataires à joindre le marché du travail et l’aide sociale pourrait même devenir trop attractive. Il a noté que les allocations familiales ont augmenté ces dernières années et que les services de garde subventionnés seront gratuits pour les assistés sociaux à partir du mois d’août.

Les partis d’opposition réclament l’exclusion pleine et entière des pensions alimentaires pour enfants du calcul des prestations d’aide sociale des mères de famille monoparentale. Ces pensions alimentaires réduisent leurs prestations de dernier recours. Seuls 100 $ d’une pension alimentaire destinée à un enfant ne sont pas pris en compte dans le calcul du montant mensuel d’aide sociale.

L’Assemblée nationale a par ailleurs adopté à l’unanimité le projet de loi du ministre François Blais instaurant un revenu de base pour les personnes inaptes au travail. M. Blais a été chaleureusement applaudi par ses collègues et félicité par ses vis-à-vis des partis d’opposition pour cette avancée.